We used to be friends


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Time for some explanations - Adam & Eve.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Time for some explanations - Adam & Eve.   Mar 9 Juin - 4:40

    J’avais su me faire pardonner. Bien évidemment. Je lui avais promis qu’il saurait bientôt, qu’il aurait les réponses à toutes les questions qu’il se posait. Qu’il devait tout simplement être patient. Je savais que ça l’agaçait, mais je n’avais pas le choix. Deux semaines et demie avaient passées depuis nos « retrouvailles ». J’avais eu une semaine de congés, si on pouvait appeler cela comme ça. Aucunes missions pendant sept jours, j’avais pu profiter d’Adam, comme au bon vieux temps. Puis une mission, puis une autre, et voilà que ça recommençait. J’en avais un peu assez mais ne disais rien. Quitter Adam en ayant une part de vous-même qui disait que vous n’allez peut-être pas le retrouver, que vous n’allez peut-être pas vous en sortir, c’était vraiment affreux. J’étais revenue d’une mission le matin-même, aux alentours de quatre heures. Nous étions vendredi. J’étais entrée grâce à la clé qu’il m’avait donnée. Sans bruit, j’avais pris une douche, puis m’étais endormie, épuisée, à ses côtés. Au réveil, nous avions fait l’amour. Cela allait presque devenir une habitude. En fait, nous faisions pas mal l’amour, enfin c’était plutôt normal, nous rattrapions le temps perdu. Toute la rouille que j’avais pu avoir s’était bien envolée, et j’avais le meilleur des entraîneurs xD. J’avais rempli son frigo, en retour. C’était une bien maigre compensation pour tout ce qu’il m’avait apporté, mais je réfléchissais encore à tout ce que ce pouvais lui apporter. Je n’allais peut-être pas non plus lui apprendre le sambo, l’art martial russe que je pratiquais le plus souvent en mission. Sammy était toujours dans un coin de ma tête. Mais j’avais toujours l’impression que ce n’était pas le bon moment. Et plus je reculai le moment de tout avouer à Adam, plus je savais qu’il allait m’en vouloir. Je me piégeais toute seule en somme. J’avais ouvert la fenêtre après notre petit moment de plaisir. Le vent jouait avec mes cheveux alors que j’étais allongée, nue, à moitié sur son buste, l’enlaçant de mon bras. Une idée me vint, je souriais.

    « Et si tu nous mettais Gatsby, comme au bon vieux temps ? Je vais nous chercher de quoi grignoter. »

    Je l’embrassai longuement, puis me levai, enfilant sa chemise pour me couvrir. On ne sait jamais après tout. Je me dirigeai vers la cuisine. Je pris un plateau sur le quel j’installais un bol d’eau, des fraises que je sortis du frigo, du chocolat blanc que je trouvais dans un placard, des shortbreads qu’Adam avait fait envoyé de Londres, un couteau, et du Sunny D que j’avais ramené la veille, dont la bouteille était déjà bien entamé. Ce n’était pas du champagne, mais c’était tout ce qu’il y avait à boire. Et puis il devait être quoi ? Neuf heures du matin. Un peu tôt pour l’alcool. Je revenais les bras chargés jusqu’à la chambre. Adam avait installé son ordinateur portable sur une chaise juste à côté du lit. J’entendais déjà la petite musique du menu du DVD, « what’ll I do ». Je souris une nouvelle fois et installai le plateau pas loin de l’ordinateur, mais sur le lit.

    « C’est parfait. » murmurai-je.

    Je me débarrassais de la chemise, et grimpai dans le lit, faisant bien attention de ne pas renverser le plateau. Je collais mon dos contre le torse d’Adam, et nous nous engouffrâmes sous la couette. Je l’embrassai doucement.

    « Tu es parfait. »

    Je n’ajoutais rien de plus. J’attrapai la souris pour cliquer sur « lancer le film », et je fermai les yeux, alors que le générique de début commençait, montrant la demeure et les objets personnels de Gatsby. What’ll I do recommençait. Puis Nick Carraway entamait son monologue. Mon ventre gargouillait légèrement. Je me saisis d’une fraise, m’empara du couteau, et coupa le haut du fruit. Je le passai ensuite dans l’eau quelques secondes, et croquai dedans. Je fus d’abord surprise par l’acidité de la fraise, et j’appréciai après le bon goût sucré. Mia Farrow apparut alors à l’écran. Je ne pu m’empêcher d’imiter ses intonations presque surfaites. « Chicagoooo. » « I'm paralysed with happiness ! » « Oh there’s a bird on the laaawn. » répétais-je. Cela fit glousser Adam derrière moi. Je levai ma main et caressai sa joue, et lui mit une très légère claque, en souriant. Je lui donnais ensuite une fraise, après avoir répété tous les gestes que j’avais faits pour celle que j’avais engloutie. Sentir mes doigts sur ses lèvres me donnait un léger frisson. Je sentis ses mains sur moi. Je fermai les yeux. Je crois bien que nous allons encore une fois, ne pas suivre l’intégralité du film. Après une bonne heure de caresses et de baisers, je levai un œil vers le film. Robert Redford venait de citer une des mes répliques préférées du film. « Her voice is full of money. » J’aimais également lorsqu’il disait : « You can’t repeat the past ? Of course you can. » Nous n’étions pas si différent de Daisy & Gatsby après tout. Sauf que j’ai su l’attendre, je ne me suis pas mariée dès le lendemain du départ de Jay, avec Buchanan, cette brute, que j’aimais malgré tout. J’embrassai Adam une nouvelle fois lorsque mon téléphone sonna dans mon sac. Je m’arrachais, contre ma volonté, des bras d’Adam.

    « Il faut que je réponde. Le devoir m’appelle, je crois. »

    Je voyais très bien Adam me dire « Dis-leur que tu es malade. », ça aurait été son genre. Si seulement j’avais un travail « normal ». Je pourrais les envoyer balader et profiter des bras de l’homme que j’aimais. Mais je ne pouvais malheureusement pas. Soupirant, j’attrapai mon sac. L’appel était caché. A coup sûr, c’était l’Agence. Je soupirai encore une fois. Je m'éloignais un peu d'Adam. Rob n'aimait pas trop qu'on entende ses conversations téléphoniques.

    « Allo ? »
    « Mrs Mason ? »
    « Oui ? »
    « Ici l’Hopital d’Athens. » Je m’attendais au pire. Je déglutis difficilement.
    « Oui ? » répétais-je.
    « Votre fils a été admis aux Urgences il y a dix minutes. Ne vous inquiétez pas » me rassura la voix féminine au bout du fil. Hum, elle était bien gentille. Mon fils était aux urgences, cela voulait dire que c’était grave non ?? Je tentais de ne pas montrer ma panique, que ce soit au bout du fil que dans la chambre d’Adam.
    « Que s’est-il passé ? »
    « Il s’est cogné contre une table, à l’école. Il s’est ouvert le dessous de l’arcade sourcilière. Rien de très grave, nous allons procéder à des radios, et nous allons recoudre la plaie. Mais vous devriez être là. »
    « Bien, j’arrive. »

    Je raccrochai. Bien, je crois que le moment était arrivé. Je m’assis aux côtés d’Adam. Je passai la main sur sa joue. Il allait falloir qui m’emmène, j’étais revenue en taxi cette nuit, comme à chaque fois que je revenais d’une mission. Je pris une grande inspiration.

    « Adam, je… Je dois aller à l’hôpital, et il va falloir que tu m’emmènes. »

    Je m’approchai et posai mes lèvres sur les siennes. Autant en profiter, je ne savais pas ce qui allait se passer plus tard.

    « Ce n’est pas pour moi, ne t’inquiètes pas. » Mon cœur se mit à battre plus vite, comme lorsque, plus jeune, je devais prendre la parole. J’avais toujours été terrifiée de parler en public. Aujourd’hui ça allait mieux. Mais évidemment, ce genre de situation me propulsait quinze ou vingt ans en arrière. « Je veux être sûre d’abord que tu veuilles m’accompagner. Tu vas savoir quelque chose que tu souhaites savoir depuis longtemps. Nous allons atteindre un point de non-retour. »

    J’étais très mystérieuse, encore. Mais je ne voulais pas lui dire tout de suite. Je voulais qu’il m’accompagne, et qu’il voit par lui-même. C’était plutôt horrible, mais les mots n’arrivaient pas à sortir.


_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Adam Bluth
BLUTH BOY • LONDON STYLE
avatar

Masculin
Age : 29
Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 01/02/2006
I-Pod Top Song : NERD - Stay Together
Mood : Bloody Good !
Copyright : Silk <3
Where can I find You? : Dans ma nouvelle maison...

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Mar 9 Juin - 23:28

Depuis la rencontre avec ma mère, il s’était passé presque deux semaines. Quelques jours de bonheur puisque j’eus Eve à moi tout seul pendant une semaine entière. Ensuite, ses missions revinrent dans notre quotidien. Dans le sien surtout. Heureusement que nos travails –honnêtes et normaux- étaient joints. On se voyait pas mal au lycée, entre les cours. Nos salles étaient dans le même bâtiment, par chance. Pause café ensemble, déjeuner si possible également. Pour ce qui était de notre idylle, nous ne le cachions pas mais nous tachions de ne pas trop l’exposer devant les autres professeurs. Ce n’était pas interdit après tout. Mais bon, question de respect, ou de pudeur. Après les cours, nous aimions bien aller chercher une boisson chaude au Starbucks au coin de la rue puis nous rentrer se câliner –voir plus- sur le canapé, ou autres…Or ces derniers jours l’après cours n’était pas idéal pour moi, et pour elle non plus, surement. Elle avait ses missions, me forçant à rester tout seul. Je comblais mes soirées en fixant le sol, ingurgitant des yaourts uniquement. Le Adam célibataire ressurgissait quand elle s’évadait pour aller combattre le mal et sauver le pays.

Vendredi. La nuit, je la passai seul, une nouvelle fois. J’avais tout d’abord mourru sur le canapé, fixant la télé pendant plus de deux heures. Mes DVD de The Wire m’avait laissé éveillé, et sans voix par tant de qualité. « Ebb Tide », le season premiere de la saison 2, puis le suivant, « Collateral Damage ». J’avais déjà vu l’intégrale mais Amazon était mon ami. Je m’étais acheté l’intégrale des cinq saisons. La première m’avait captivé à nouveau, la deuxième allait faire de même, comme celles qui la suivront. J’aime les séries intelligentes. J’étais un passionné de Six Feet Under. J’avais chialé comme un bébé à la fin de la série, devant ma télé, il y a 4 ans de cela. Ca passait aussi en Angleterre, heureusement d’ailleurs. La prochaine paye, l’intégrale est à moi, mouhahaha. Bref je m’étais endormi comme une bouse devant le menu de l’une des meilleures séries de l’histoire de la télévision, puis m’étais retrouvé deux heures plus tard sur mon lit, me rappelant même pas mon arrivée sous ma couette. Un peu plus tard, elle vint se faufiler à mes côtés. Je le sais, le bruit de la porte et ensuite de la douche m’avait réveillé. Un pet de mouche m’enlevait de mon sommeil. Grave, très grave comme maladie. Vers 7 heures et demi, 8 heures, elle se réveilla, moi aussi, nous fîmes l’amour. Une habitude, un rituel presque. Une heure plus tard, elle est nue, sur moi, et me demande de mettre Gatsby, je m’exécute pendant qu’elle va chercher quelques trucs à miamer, je suppose. Je profite de la vue avant qu’elle enfile ma chemise. Pas de cours aujourd’hui. Elle non plus. Le seul jour où on pouvait passer au moins une journée ensemble, sans ses missions à la co…noix xD

Le temps de son excursion dans la cuisine, j’avais enfilé un caleçon. J’aimais admirer sa nudité, mais ne supportait en revanche pas la mienne. Pas de pudeur mais…question de pratique. Bref elle arrive, le menu de Gatsby se lance. Elle avait désigné la situation et ma personne comme étant parfaite, je lui avais souris, sans lui répondre, en acceptant son baiser. Elle se colle contre mon torse. Je ne regarde pas vraiment le film. Non pas que je ne l’aimais pas, mais je l’avais vu une fois, de plein gré, en entier, puis aimait le regarder de loin. Surtout parce qu’elle le connaissait pas cœur. Ca avait le don de me faire rire, ses citations synchronisées avec celles des personnages à l’écran. Elle le fit d’ailleurs, je me marre tout seul. Je la vois manger sa fraise avec sensualité, elle m’en donne une, je la mange en laissant son doigt caresser ma lèvre. Ca sent le sexe dans le coin. Nous restons l’un contre l’autre, pendant un moment, puis son téléphone sonna. Hmmm…nan mais nan. Impossible qu’elle s’en aille maintenant. Je suis comme R-Kelly au repos, comme le disait si bien Ari dans Entourage, une autre de mes séries fétiches. HBO baby ! Je la regarde paniquer au téléphone après avoir prié le bon Dieu -s’il il existait- de me la laisser encore un peu, au moins pour me laisser finir le travail.


« Allo ? »
« Oui ? »
« Oui ? »
« Que s’est-il passé ? »
« Bien, j’arrive. »


Elle avait l’air vraiment paniquée, maintenant. Elle raccroche et vient vers moi, m’annonçant qu’elle devait se rendre à l’hôpital. L’hôpital ? Pensais-je. Elle m’embrasse et je la regarde avec stupéfaction. Si seulement elle pouvait m’en dire plus, pour une fois. Elle me dit que ce n’est pas pour elle. Je respire un peu, mais reste bouche bée. Je n’arrive pas trop à en placer une, volontairement.

« Tu vas savoir quelque chose que tu souhaites savoir depuis longtemps. Nous allons atteindre un point de non-retour. »

La je flippe. Ce nouveau mystère me troua le ventre. Mais de quoi elle parlait, putain ? Elle ne pouvait pas essayer d’être moins…vague ? Un peu plus précise ? Jouer un jeu plus franc avec moi ? Nan ? L’énervement n’était cette fois pas présent, l’affolement, plutôt, oui. J’avale ma salive.

« Euh…Allons-y… »

Qu’est ce qu’elle voulait que je réponde d’autre à ça ? J’enfile des vêtements en vitesse, elle imite le mouvement. Avant de franchir la porte, je la regarde. Elle n’avait pas intérêt à me jouer un mauvais tour. La peur hantait mes tripes…

_________________

    That may be all I need
    In darkness she is all I see
    Come and rest your bones with me
    Driving slow on sunday morning
    And I never want to leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athens.forumactif.com
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Mer 10 Juin - 2:00

    C'était presque si je croisais les doigts. C'était plutôt stupide de ma part. Je savais qu'il était impatient de savoir de quoi il en retournait. Et puis j'étais restée plutôt vague. Je stressais presque plus pour sa réponse que pour Sammy. Apparemment, il ne lui était rien arrivé de grave. Adam restait le centre de mes préoccupations. Je savais que ça allait être quitte ou double. Au moins s'il restait, c'était qu'il ressentait quelque chose à mon égard. Ou qu'il se sentait redevable de je ne sais quoi. Au moins je l'aurais encore pour moi, du moins je l'espérais. Egoïste? Un peu. Parce que s'il n'en voulait pas, je pouvais lui dire adieu. Il allait m'éviter c'était certain. Mes yeux étaient embués. Je ne pouvais pas m'y résoudre. Il y avait toujours une part de moi qui s'attendait au pire, en l'occurence, qu'il s'éloignerait sans jamais se retourner.

    « Euh... Allons-y... »

    Je fus comme soulagée. J'enfilai alors un jean slim noir, une chemise à beige à petites fleurs bleues, ainsi qu'un petit gilet gris, premiers vêtements qui venaient dans l'étagère qu'il m'avait allouée. Depuis que je passais mes nuits avec lui, ou plutôt mes retours de missions, j'avais besoin d'avoir des habits de rechange. J'avais également posé ma brosse à dent à côté de la sienne, et quelques-un de mes produits de beauté remplissaient déjà la salle de bain. Je m'étais presque installée chez lui. Je relevai la tête et attachai mes cheveux avec un élastique qui traînait sur la table de chevet. J'enfilai mes ballerines argentées qui étaient posées à côté de la porte d'entrée. Je ne m'arrêtais pas de le prendre dans mes bras ou de poser mes lèvres sur les siennes. Il me conduit très vite à l'hôpital. Je ne tenais plus en place. Et si les infirmiers découvraient un truc qui clochait dans la tête de mon fils? Je lançais des regards tout autour de moi. Mes pieds tapotaient le tapis sur lequel il était posé. Ma main gauche serrait mon index et mon majeur droit très fort. Je n'arrêtais pas de me mordre la lèvre intérieure. Adam entra dans le parking, je restais à l'affut de la place la plus proche. Je lui indiquai, le bras tremblant, la première que je voyais. Il avait certainement dû remarquer. Je n'osais pas le regarder pour le moment. Nous sortions de la voiture et je me collais à lui. Adam me rassurait mais m'effrayait à la fois. Mes pas étaient un peu trop rapides, il avait du mal à suivre. Nous entrions ensuite dans l'immeuble où se tenaient les urgences. Il n'y avait personne à l'accueil, une chance.

    « Reste-là. » lui intimai-je, alors que je me dirigeais vers l'infirmière qui était chargée de l'accueil. Je ne voulais pas qu'il entende, pas tout de suite. Je lançais un regard à Adam. Ca va, il n'était pas à hauteur d'écoute. « Bonjour. Je viens pour mon fils, Samuel Mason. » Je n'avais pas parlé trop fort.

    La jeune femme me demanda mes papiers d'identité et de sécurité sociale. Je lui donnai, puis trépignais. Quand allait-elle me donner le numéro de la chambre où il était. Elle remplit tout doucement les cases de son ordinateur. J'allais la baffer, sérieusement.

    « Chambre n°17. Premier couloir à gauche. » indiqua-t-elle en me rendant mes papiers ainsi qu'en me donnant toutes les autres paperasses administratives.

    Je retournais vers Adam, et lui pris la main. Je n'osais même pas lui demander s'il était prêt. Prêt à quelque chose qu'il ne savait pas? Je l'entraînais vers la chambre en question. La porte était fermée. J'arrêtais donc Adam, et l'embrassai comme si c'était la dernière fois. C'était peut-être vrai... Ma respiration se fit plus saccadée. J'ouvris la porte. Je n'étais pas prête, pas prête à perdre Adam, mais il fallait que je me jette à l'eau. C'était presque un saut à l'elastique, dans le vide, sans l'élastique. Sam était assis sur le lit qui était au milieu de la pièce, poussé contre le mur. Il pleurait à moitié, mais un sourire alluma son visage quand il me vit.

    « Mamaaaaaan. »

    Je souris à mon tour. J'adorais lorsqu'il me parlait en français. Je lui avais appris les deux langues, le français et l'anglais. Il parlait plus anglais que français mais se débrouillait bien. Et apparemment, il savait que j'aimais ça. Je m'approchais de lui et m'assis sur le lit, le prenant dans mes bras. Une autre infirmière se retournait de son bureau. Elle avait l'air dix fois plus souriante et aimable que la précédente. On ne se demandait pas pourquoi elle était à l'accueil.

    « Vous devez être les parents! »

    Je ne l'écoutais même pas. Je regardais l'oeil de Sammy. Etonnant comme l'endroit où il s'était blessé correspondait à l'endroit où Adam avait sa cicatrice. Je me tournais vers lui. L'infirmière, voyant que visiblement, je m'occupais plus de mon fils que de ce qu'elle avait à dire, se tournait vers Adam.

    « Vous avez un fils très courageux, Mr Mason. »

    J'eu un léger rire... jaune. Je ne savais plus où me mettre. Il avait l'air gêné, énervé, irrité, il n'avait pas l'air de comprendre. Tout était mélangé dans son regard. L'infirmière, un dossier à la main, vint vérifier la plaie de Sam, puis se dirigea vers la sortie de la chambre.

    « Je reviens tout de suite, je vais chercher les radios. »

    Samuel serra mon index. Un tic que j'avais du lui donner, inconsciamment, psychologiquement.

    « Maman s'est fait du soucis pour toi, mon chéri. »

    « Qui c'est? » demanda-t-il, à nouveau en français. Prise au dépourvu, je mis du temps à répondre.

    « C'est un ami très cher à maman. Dis lui bonjour. »

    « Bonjour! » Dit-il, cette fois en anglais.

    Je levais vers Adam des yeux inquiets. Je n'arrêtais pas de me répeter que c'était fini.

_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Adam Bluth
BLUTH BOY • LONDON STYLE
avatar

Masculin
Age : 29
Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 01/02/2006
I-Pod Top Song : NERD - Stay Together
Mood : Bloody Good !
Copyright : Silk <3
Where can I find You? : Dans ma nouvelle maison...

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Mer 10 Juin - 5:45

J’en tremblais presque. Cette peur…jamais je ne l’avais ressentie aussi présente et aussi forte. Des tas de questions défilent là haut. Qui est-ce ? Pourquoi est-ce si important pour elle ? Etait-ce l’invité mystère ? Quel est le rapport avec moi ? Pourquoi parle t-elle de point de non-retour ? Fallait-il que je craigne quelque chose d’elle ? Un nouveau départ ou autre ? Ou était-ce elle qui craignait ma réaction face à cette personne ? Je ne sais plus où j’en suis, je panique. Je me trompe de clé pour fermer la porte. Rien ne va plus. En conduisant je serre le plus possible mon volant pour que mon stress évident ne se remarque pas. Avant de partir elle n’avait pas arrêté de me montrer des signes d’affections et ça ne faisait qu’accentuer la frousse énorme qui sommait en moi. Mais dans quoi je fonce, là ? Pourquoi je m’étais imposé autant de panique. Pourquoi avais-je accepté ? Etait-ce la rançon du bonheur ? Une épreuve à passer pour continuer le chemin avec elle ? Je suis complètement perdu. Elle tape du pied sur le tapis, elle était visiblement aussi stressée que moi. Son bras tremblant m’indique une place de parking libre. Bon dieu on va tous mourir. On sort, elle se colle à moi comme si elle cherchait une quelconque protection. Elle me serre comme si on allait entrer dans le passage effrayant du train fantôme, attendant impatiemment que le mec déguisé en mort vivant nous effraie par surprise. La surprise nous effrayait. Enfin je me sentais surtout concerné par ce point, parce qu’elle avait une longueur d’avance sur moi là-dessus. Elle savait qui attendait aux Urgences, pas moi. Elle marche vite comme pour abréger ses souffrances. Je fais l’inverse, je ralentis, car j’ai peur de découvrir ce qu’il y a derrière le rideau.

On entre enfin dans le bâtiment des urgences. Je fourre mes mains dans mes poches. Au moins, là elles ne bougeront plus. Eve me fait signe de rester là où j’étais. Je m’exécute. Je ne veux pas la contrarier. Elle parle avec la femme de l’accueil. Je ne cherche pas à savoir ce qu’elles se disent, je ne veux pas le savoir. Je fixe mon regard sur un tableau accroché au mur. Un peu comme moi, je me demande ce qu’il fait là. Une peinture aussi belle n’avait rien à faire dans ces lieux si macabres. Ce portrait me trouble, il me ressemble. Je connais cet homme. Je commence alors une réflexion sur cette peinture et Eve m’arrache de mes pensées. Elle me remet les pieds sur terre. Elle m’emmène jusqu’à une chambre. Puis m’embrasse. Son baiser avait un gout de déjà vu. Aéroport de Londres, 2004. J’ai de plus en plus peur. Je vais tomber à la renverse. J’entre dans la pièce comme quand je regarde une scène dérangeante de film d’horreur, qu’on me prévienne quand la scène termine, je ferme les yeux en attendant que ça se passe. Je serre les dents, les yeux mi-clos.


« Mamaaaaaan »

Hein ? Quoi ? Cela voulait dire…mère, en anglais, pas vrai ? Eve est maman ? Je reçois un coup de massue. Moi qui croyais que ce mystère n’allait concerner que moi et elle. Tout ça c’était à propos d’une autre personne, qui plus est…son fils. La phrase de l’infirmière passa au ralenti. Non, je n’y étais pour rien là dedans. Je m’assois sur une chaise, face au lit. Pinaise, mais qui est le père ? Naaan, pas question. Darell ne pouvait pas être le père, ce petit était trop mignon. Alors qui ? Je ne le connaissais pas et mon cerveau tilta que ça ne pouvait être que lui la dernière fois, chez elle. Pas le gosse, le père. Les deux, qui sait. Elle est divorcée j’espère. Ou pas mariée, si possible. Elle allait vouloir que je sympathise avec le gamin, et avec le papa. Pourquoi ? Je n’étais pas là pour ça, après tout. C’est sa vie, son passé sans moi. Mais cette démarche voulait aussi dire que je comptais pour elle, qu’elle avait surement besoin de ça pour aller plus loin avec moi. Je veux bien sympathiser avec le petit, même si je n’ai jamais été à l’aise avec les enfants. Mais elle aurait pu me le dire plus tôt. Il n’y a pas mort d’hommes non plus. Au lieu d’attendre que son fils ait un accident pour lui présenter son amant actuel. L’infirmière se casse et c’est tant mieux. Elle m’avait pris pour Mr Mason, cette cruche. Je ne pouvais pas rire à ça même si ça me démangeais. Je les regarde, tous les deux, se parler en français. Je suis toujours sous le choc d’apprendre que celle que j’aime a un enfant avec un mec que je ne connais pas. Je vais faire un effort, rien que par respect pour notre relation. Le blondinet me dit bonjour, je lui rends son sourire béat par un rictus. Je faisais du mieux que je pouvais hein. Je me lève un peu brusquement de ma chaise et vient de l’autre côté du lit.

« Salut, bonhomme… » Je regarde Eve, elle a limite les larmes aux yeux. Ça comptait beaucoup pour elle, j’allais faire un effort. « Comment tu t’es fait ça, dis moi… » Dis-je un peu difficilement.

Oui bon, les enfants et moi ça fait deux.

_________________

    That may be all I need
    In darkness she is all I see
    Come and rest your bones with me
    Driving slow on sunday morning
    And I never want to leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athens.forumactif.com
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Mer 10 Juin - 14:58

    Adam s’approchait de Sam. Au moins il ne s’en allait pas en courant. Je soupirai, je relâchai la pression. Il s’assit à côté de notre fils mais prend légèrement ses distances. Je le sentais gêné. Je comprenais. Il le salua à son tour et lui demanda comment cela était arrivé. Sam se serra contre moi. Il devait avoir un peu peur. Normal, pour un petit garçon qui ne connaissait pas la personne qui venait de lui parler. Une partie de la peur que j’avais depuis tout à l’heure s’envolait. Mais je ne pensais pas qu’il avait deviné qui était le père de Sam, en l’occurrence, lui. J’humidifiai mes lèvres, sèches depuis tout à l’heure. Puisque Sammy avait décidé de ne pas répondre, j’allais le faire à sa place.

    « Il s’est cogné contre une table, à l’école. »

    Je n’osais pas encore le regarder. Je me contentais de passer la main dans les cheveux de Sam. Je l’écartais un peu, il était mignon mais il avait une plaie qui saignait encore un peu sur le visage xD. Ma main cherchait celle d’Adam. J’avais peur d’affronter son regard, peur d’y lire quelque chose que je n’aurais pas voulu voir. Il devait certainement croire que je lui avais menti. Il devait être tellement déçu s’il pensait que Sammy était le fils d’un autre homme. Je serrai sa main même si je savais que cela ne servirait à rien, que tant qu’il n’aurait pas d’explications, tous les gestes que je ferais seraient superflus. Il y eut quelques coups à la porte puis l’infirmière entra à nouveau dans la pièce, les radios à la main. Elle les examina à la fenêtre.

    « Bien, il n’y a rien de cassé ! C’est une bonne nouvelle. Sam est un grand garçon très fort ! »

    Comme son père, ajoutai-je, mentalement. Ce qui m’arracha un sourire. Je caressai le bras d’Adam maintenant, Sam ne bougeait pas, il avait même réussi à regarder Adam et à lui faire un sourire. Il ne pleurait plus. L’infirmière rangea les radios dans une grande enveloppe bleue, et colla une étiquette dessus. Elle vint vers moi et me la tendit.

    « Je vais maintenant recoudre la plaie, si ça ne vous dérange pas d’attendre dans le couloir ? »

    J’acquiesçais silencieusement, lâchai la main d’Adam et me relevai. Je me penchai vers Samuel, lui donnai un baiser sur la joue.

    « On revient tout de suite, mon chéri. »

    Je lui souris, il en fit de même. Je me relevai, caressai sa joue, puis sortit de la pièce, accompagnée d’Adam. J’avais les mains encombrées de papier, je m’assis donc sur une des chaises qui bordaient le mur du couloir. Je posai les papiers à côté de moi, Adam me faisait dos. J’allais m’occuper deux ou trois minutes, ça m’éviterait certainement la conversation que je redoutai d’avoir, surtout à cause de sa réaction. Je baissai la tête, faisant mine d’être occupée. Je n’avais qu’à tout balancer dans mon sac, sauf la grande enveloppe. Ce que je fis, finalement. J’avais la flemme de tout ranger. Je remis mon sac à l’épaule, et me relevai. Je m’approchai d’Adam, doucement. Je n’osais pas le brusquer. Je posai ma main sur son épaule.

    « Adam, je… »

    Adam je quoi ? Je suis désolée ? Désolée de quoi ? Je m’arrêtais là. Je ne savais pas quoi dire. Je ne savais pas comment aborder la chose, comment lui annoncer qu’il était le père. Peut-être allait-il me poser la question ? Je me mordis la lèvre. Je le contournai et me mis face à lui. Je caressai sa joue.

    « Tu m’en veux ? »

    C’était stupide comme question. C’était peut-être pas déjà assez évident ?


_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Adam Bluth
BLUTH BOY • LONDON STYLE
avatar

Masculin
Age : 29
Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 01/02/2006
I-Pod Top Song : NERD - Stay Together
Mood : Bloody Good !
Copyright : Silk <3
Where can I find You? : Dans ma nouvelle maison...

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Mer 10 Juin - 19:49

Le petit a peur et se réfugie dans les bras de sa mère. Un peu normal, je suis un étranger pour lui et j’ai une tête de baroudeur du désert, ce qui peut en effet faire peur aux moins de 8 ans. Je ne suis pas vraiment à l’aise. Déjà, dans un contexte tout ce qu’il y a de plus normal, je ne suis pas à mon aise avec les enfants, alors si en plus, c’est en face du gamin de celle que j’aime, laissez tomber. Elle se charge de m’expliquer pour lui les causes de l’accident. Mais elle évitait mon regard. Quelque chose d’étrange se passait ici. Comme si j’étais passé à côté de quelque chose, ou quelque chose d’important m’avait échappé. Je me sentais de trop dans cette chambre d’hôpital. La voir câliner son enfant me gênait considérablement. Elle cherche ma main, elle la trouve mais je ne ressens rien. Rien à part un sérieux dégoût. Le fait qu’elle ai couché avec un autre homme que moi m’attristait, m’irritait. Comme si son corps m’appartenait, quelqu’un avait l’avait salit dans mon dos. Et bien sur il ne l’avait pas fait tout seul. Je lui en voulais d’avoir briser cela. Egoïste, je sais. Elle avait couché avec d’autres hommes avant de me connaitre, et d’ailleurs ça avait le don de m’angoisser, de savoir que d’autres gens ont pu toucher son corps, sans que je le sache. J’aurais aimé être son tout premier et unique amant, pour que personne ne puisse toucher du doigt ce bijou rare. Sa main qui serre la mienne me dérange. Je me sens sale à mon tour. Sale de cet enfant qui n’est pas le mien. Sale de cette union qui paraissait de plus en plus dérangeante. Je ne sais vraiment pas quoi faire. Pas quoi penser de tout cela. Peut-être manquais-je de recul, surement. Mais sur le coup, j’étais totalement paumé.

L’infirmière revient, annonçant qu’il n’avait rien. Je ne réagis pas. Ce ne sont pas mes oignons. Elle me caresse le bras, j’ai envie de l’enlever, de l’envoyer chier, de me barrer en lui disant que tout était fini, mais mon amour pour elle avait endormi mon avant-bras, qui restait à sa merci. Tout comme le reste de mon corps, d’ailleurs. On nous dit de dégager, je m’exécute, me lève puis la suit. Elle s’assied sur une chaise. Je décide de rester debout. La chambre était la première du couloir. En vacillant un peu la tête, je pouvais voir au loin le tableau de tout à l’heure. Il me hantait toujours. Le regard de cet homme m’effrayait. Eve scande mon nom en posant sa main frêle sur mon épaule. Je ne tourne ma tête vers elle qu’à moitié. Elle n’a pas le courage de finir sa phrase. Elle me contourne et me fait face. Je n’avais pas peur de la confrontation, mais plutôt de la fin tragique qu’elle pourrait avoir. Elle pose sa main sur ma joue, puis me demande si je lui en voulais. Je m’enlève puis me retourne. Ses signes d’affection que j’adorais tant m’enfonçaient dans ma jalousie. Je suis face à la porte de la chambre 17. Un rectangle vertical me permettait de voir ce qui se passait à l’intérieur. L’infirmière recousait toujours la plaie du petit. Je le regarde, il ne bronche pas, solide comme un roc. Une nouvelle fois je tourne ma tête, mais pas complètement. Juste pour voir son visage.


« Evidemment que je t’en veux, Eve… » Mes yeux se fixent à nouveau sur ce petit bonhomme. « C’est qu… »

J’allais lui demander qui était le père mais le regard du blondinet croisa le mien. Ce qui eu le don de me couper la parole. Et si ?....non….Impossible. Quel âge a-t-il ? Je n’ai jamais été doué pour donner des âges aux gens, en donner aux noirs et aux enfants m’était quasiment impossible. Mais j’aurais dit quoi…3, 4 ans….Son regard ne me lâche pas. Et merde. Je me retourne vers Eve, assez brusquement. J’avais compris. Compris ses phrases mystérieuses. Ses sous entendus flippant. Toutes les pièces du puzzle de rejoignaient. L’invité mystère, le point de non-retour, quelque chose que je veux savoir depuis longtemps, quelqu’un qui compte beaucoup pour elle, toute sa peur aujourd’hui, c’était ça. Que je le découvre. Et bien le moment est venu. Je la regarde, sans savoir quel regard s’était jeté sur elle, mes bras ne se décroisent pas, je la fixe, la bouche crispée.

« C’est moi…le père, n’est ce pas ? »

Toutes les émotions possibles passaient en moi en ce moment, mais j’arrive à rester stoïque face à cette peur qui n’avait cessé d’évoluer aujourd’hui pour, finalement atteindre son paroxysme. Elle avait vu juste, nous avions atteint un point de non-retour.

_________________

    That may be all I need
    In darkness she is all I see
    Come and rest your bones with me
    Driving slow on sunday morning
    And I never want to leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athens.forumactif.com
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Jeu 11 Juin - 0:55

    J'osais enfin affronter son regard. Évidemment qu'il m'en voulait. Je pouvais le lire dans ses yeux, il me l'avait même confirmé quelques secondes auparavant. Il voulait peut-être s'échapper de tout ça. J'avais l'impression de le mettre devant le fait accompli, de l'obliger à quelque chose. A voir la façon dont il me regardait, il n'avait pas l'air enchanté par la nouvelle. Adam avait enfin compris qu'il était le père de Sammy. Je m'en voulais à moi-même. Je n'aurais pas dû le lui cacher. J'aurais du être honnête dès le début. J'aurais même du le lui dire dès que j'ai su que j'étais enceinte, tant pis pour tout le reste. J'ai vraiment été stupide. Je ne le quittais pas des yeux. Je ne savais pas trop quoi dire. Je ne faisais que serrer les lèvres, espérant qu'il me pardonne. Je me rapprochais de lui, pas trop, je me doutais que ce n'était pas le moment de s'enlacer.

    « Oui. Samuel est ton fils. Je sais que ce n'est pas l'heure des anecdotes, mais tu m'avais dit que ton grand-père s'appelait ainsi. J'ai pensé que ça te ferait plaisir. »

    J'avais bien envie de me taper la tête après le mur. C'était vraiment le moment de se prendre pour Madeline à raconter des anecdotes? Je soupirais, je tentai de sourire mais je n'arrivais qu'à une grimace désolée. Oh tant pis s'il ne voulait pas de moi dans ses bras, il avait qu'à me rejeter si ça ne lui faisait pas plaisir. J'avais besoin de me raccrocher à lui. Je décroisai ses bras doucement, et l'enlacai. L'enveloppe qui se froissait dans son dos fit un drôle de bruit. Je m'en fichais que les radios fussent froisser. Je me tenais contre lui pendant quelques minutes. Je fermai les yeux. Je les rouvris quelques secondes plus tard.

    « Je te demande pardon d'avoir été lâche. Je ne te demande rien. Je serais heureuse d'annoncer à Sam que tu es son père. Si tu n'en veux pas, je ne lui dirai rien. Je tiens à toi Adam. Je ne veux pas te perdre. Mais je ne veux pas te forcer. »

    Je redressai la tête. Je touchai son menton de mes lèvres. Je voulais qu'il me parle, je détestais quand il restait silencieux. J'étais en train de lui faire comprendre qu'il passait avant Sam. J'aimais mon fils, mais il avait su vivre sans père pendant quatre ans. Je savais que je pouvais y arriver. C'était un peu ce que j'avais prévu. Mais je ne savais pas si moi j'allais survivre sans Adam. Il ne m'était pas acquis, il pouvait partir à tout moment. Comme celui là. En cinq ans je n'avais pas montré un seul signe de faiblesse. Mais son absence à mes côtés avait été une vraie torture. Impossible qu'il resorte de ma vie encore une fois. Je l'aimais bordel.

_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Adam Bluth
BLUTH BOY • LONDON STYLE
avatar

Masculin
Age : 29
Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 01/02/2006
I-Pod Top Song : NERD - Stay Together
Mood : Bloody Good !
Copyright : Silk <3
Where can I find You? : Dans ma nouvelle maison...

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Jeu 11 Juin - 6:15

Me faire plaisir ? C’est à ça qu’elle avait pensé quand vint le moment de donner un nom à son enfant alors que je n’étais même pas sur le même continent qu’elle ? Sans doute encore sous le choc de son départ prématuré. Me faire plaisir, hein ? Cela m’aurait peut-être fait plus plaisir si elle m’aurait dit dès le jour où elle a fourré son test de grossesse entre ses jambes et qu’un petit « + » était apparu, ce qui se passait bordel. Qu’est ce qui l’avait empêché de m’appeler et de me dire « ah tiens, Adam, j’attends un enfant de toi » ? Hein, quoi ? J’étais amoureux d’elle, nom de Dieu. Elle le savait. Elle savait que si elle était revenue vers moi, avec une pomme au four, je l’aurais accueilli à bras ouvert, le sourire aux lèvres. Au lieu de ça, elle m’annonce, comme ça –et encore c’est parce que le petit a eu un accident, donc bien obligé de faire avec- que je suis le père de cet enfant, après quatre années de vide intersidéral. Je ne percute pas encore étant donné toute ma colère, toute ma tristesse, envers elle, mais j’ai raté quatre ans de sa vie, au petit Sam. Je n’ai pas pu goûter aux joies de le voir naître, de tomber dans les pommes après la vue du placenta. De le voir dire « papa » pour la première fois. De le voir mettre un pied devant l’autre, sans tomber, pour la première fois. J’avais raté tout ça. Les couches sales, les cris en plein milieu de la nuit, la joie de voir son fils grandir sous ses yeux. Tout ça avait défilé loin de mes yeux. Et parce que quoi ? Parce qu’elle avait trop de fierté, ou pas assez de cran, pour composer mon numéro et m’annoncer la nouvelle ? Samuel, bien sur que ça me fait plaisir. Mais j’aurais aimé souffrir avec elle et enfin trouver ce prénom, à ses côtés, la main sur son ventre énorme. Quel gâchis.

Je ne lui réponds rien. Tout simplement parce que je ne sais pas quoi répondre à ses réflexions idiotes. Et puis parce que la boule coincée dans ma gorge m’empêchait d’aligner deux syllabes. Elle m’enlace, je me laisse faire, comme d’habitude. Mon regard fixe le mur devant moi. Je ne pouvais pas. C’était impossible d’arriver, là, comme ça, comme une fleur, et de se proclamer père de cet enfant. Non je ne suis pas son père. Il n’en a pas eu pendant quatre ans. Pointer ma tronche devant lui et lui annoncer que c’est moi, un parfait étranger pour lui, qui allait l’éduquer pendant ses 14 années à venir, voir plus. C’est trop, je ne peux pas accepter ce rôle. Trop d’un coup. J’encaisse la dureté de la vérité. Malgré mes efforts à la retenir, une larme coula sur le long de ma joue. Je la sèche rapidement d’un frottement de main. Puis m’écarte d’elle, pour ne pas qu’elle se rende compte de mon désarroi. Je lui tourne le dos, un peu plus loin, ne me retourne pas pour ne pas qu’elle voit ma tristesse.


« Je ne peux pas, Eve…Je… »

Je fais quelques pas et la voit vouloir me suivre. Je lui fais signe de la main qu’elle doit rester là où elle était. J’avais besoin d’être seul. Je me ronge un ongle, passant par une double porte battante de l’hôpital, je continue un peu mon chemin, d’un marché nerveux, puis m’assois sur une chaise identique à celle sur laquelle Eve était assise tout à l’heure. Je suis à côté de la chambre 29. Elle ne peut pas me voir. D’ailleurs personne n’avait l’air d’être dans les parages. Je plonge ma tête dans le creux de mes mains. Que faire ? Je ne suis pas prêt pour être père. Pas prêt à rattraper mes quatre années de retard. Ce tableau me revint à l’esprit. Ca y est, je sais à qui il me faisait penser. A mon père. Cette même mâchoire carrée. Ce même regard doux mais strict. Etrange. Je me souvins alors de toute cette peine, lors de sa mort. Tout ce vide, quand je sus qu’il ne sera plus jamais là pour moi. Je ne peux pas faire subir ça à mon fils. Un jour viendra où il voudra des réponses. Qui est son père ? Pourquoi n’a-t-il jamais été là dans sa vie. Un jour viendra où il aura besoin de moi. J’ai du retard, mais je suis encore en vie pour le combler. Pour l’accompagner tout le reste de sa vie. Il n’est pas trop tard pensais-je. Mais comment lui pardonner ? A elle que j’aimais tant ? C’est elle qui m’a enlevé ce droit d’être père, après tout. Mais comment lui en vouloir, aussi ? Le bruit des portes battantes me fis sortir de mes pensées trop nombreuses. Eve marche doucement vers moi. Elle arrive à ma hauteur, face à moi, et ne dis rien. Bien. Il fallait que j’inspire un bon coup. Personne n’est prêt pour être père après tout. Tout le monde doit faire avec. Doucement, je lui murmure, dans le silence impeccable de l’hôpital…

« Eve….Je….Je ne peux pas te pardonner…pas tout de suite. » Je déglutis. Garde mon calme. « Mais je ne peux pas non plus…fuir mes responsabilités. »

Je la prends doucement par la taille, et enfonce ma tête dans le bas de son ventre. Après quelques secondes, ma tête s'éloigne d'elle, je m'enfonce sur ma chaise, puis relève mon regard vers le sien.

« J’ai besoin de temps… »

_________________

    That may be all I need
    In darkness she is all I see
    Come and rest your bones with me
    Driving slow on sunday morning
    And I never want to leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athens.forumactif.com
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Jeu 11 Juin - 9:36

    C’était comme si le monde des urgences autour de nous s’était mis sur pause. Il n’y avait plus que nous, seul un bourdonnement autour, que j’entendais de très loin, comme si j’avais mis le son de la télévision au plus bas. Et lorsqu’il me lâcha, qu’il s’éloigna et me fit signe de rester où j’étais, les sons de l’hôpital, les sirènes qui hurlaient, les médecins qui couraient, les lits qui dévalaient les couloirs, tout ça me revint en pleine face et me fit l’effet d’une grosse claque. Voilà ce que je redoutais arrivait. Adam s’éloignait. Ma gorge se serra. D’accord il n’était pas parti du côté de la sortie. Mais il s’éloignait de nous, il s’éloignait de moi. J’eu vraiment toutes les peines du monde à retenir mes larmes. Je ne le quittais pas des yeux jusqu’à ce qu’il soit hors de ma vue. Je baissais la tête, essuyai mes yeux embués. Je respirais un bon coup. Tout ça c’était de ma faute après tout. Enfin non, je ne suis pas non plus tombée enceinte par l’opération du Saint-Esprit. Mais j’aurais vraiment du tout lui dire plus tôt. J’avais une nouvelle fois envie de me taper la tête contre le mur, mais je fus interrompue dans mes pensées par l’infirmière de Sam. Elle s’approcha de moi et je fis tout mon possible pour un sourire naturel.

    « Madame ? Vous pouvez entrer, j’ai terminé. Je vais vous faire une ordonnance. »

    Je la suivi à l’intérieur de la chambre. Sammy était maintenant recousu, il me souriait. J’allais vers lui et le soulevai pour le prendre dans mes bras. Je le reposai ensuite et entreprit de remettre son sweat-shirt bleu qui était posé sur une chaise à côté. Je pris soin de ne pas toucher sa blessure.

    « Très bien, alors, il ne faut pas qu’il y touche, c’est important. D’accord bonhomme ? Tu te rappelles ce qu’on a dit ? » Sammy acquiesça, enthousiaste. Elle savait s’y prendre avec les enfants, il n’y avait aucun doute là-dessus. Elle sortit une sucette d’un tiroir. « Tiens, tu as été un grand garçon, très courageux. Voilà la récompense des grands garçons ! » Elle me donnait ensuite l’ordonnance. « Il y a des antidouleurs, à prendre quatre fois par jour. Et les pansements à refaire toutes les huit heures. Si quelque chose tourne mal, si ça ressaigne ou si du pu sors de la plaie, n’hésitez pas une seule seconde, revenez faire un tour aux urgences. Mais tout devrait bien se passer. » Elle passa une main dans les cheveux de Sam. J’attrapai la sucette de la main de Sam. Il était presque l’heure du déjeuner.

    « Je la lui donnerai plus tard. » Dis-je pour me justifier. « Vous pouvez me le garder encore quelques instants, je vais chercher mon… » J’hésitai un instant. Après tout elle nous avait pris pour Mr & Mrs Mason. « Mon mari. Il a eu un coup de téléphone urgent, je veux juste m’assurer que tout va bien avant de partir. »

    Elle appela une autre infirmière, et je me rendis compte qu’elle était en fait médecin. J’eu un petit sourire. Elle nous salua alors que l’autre infirmière entra dans la pièce. Je laissai donc Samuel sous sa responsabilité et sortis de la chambre. Adam était parti vers l’intérieur de l’hôpital, je repris donc la même direction. Quoi qu’il en pense, quoi qu’il eu décidé, il allait tout de même devoir passer encore quelques minutes avec nous, au moins pour nous ramener à la maison. Je ne voulais pas baisser les bras, je ne voulais pas abandonner. J’avais besoin de lui. Pas que pour Sam. Je passai des portes battantes et le vis, assis sur une chaise similaire à celle où j’étais assise quelques minutes plus tôt. Je n’avais plus aucun papier dans les mains, j’avais tout laissé dans la chambre. Je me tus. Je ne savais pas quoi dire, c’était à lui de se justifier, c’était à lui de me dire pourquoi il s’était éloigné quelques minutes plus tôt. Il releva la tête, m’attrapa par la taille et m’attira contre lui. Je le laissai faire. Au moins il ne me détestait pas complètement. Je serrai les dents.

    « Eve….Je….Je ne peux pas te pardonner…pas tout de suite. Mais je ne peux pas non plus…fuir mes responsabilités. »

    Je ne savais pas quoi dire à cela. J’avais comme l’impression de le forcer. Ce n’était pas mon intention, loin de là. Même si, dans un sens, rester avec moi impliquait la présence de Samuel dans notre vie. Il était en colère après moi. Je déglutis difficilement à mon tour. J’accueillais sa nouvelle remarque de la même façon, par un grand silence. Besoin de temps ? Bien. Que répondre à cela ? J’haussai les épaules.

    « Je venais juste pour te dire que l’infirmière avait terminé. Nous pouvons rentrer. Si tu veux toujours de moi, enfin de nous. »

    Je lâchai ses épaules, mes yeux allaient exploser en larmes. Je me retins. Je les essuyais vite, je ne voulais pas qu’il le voit. Je lui tins la porte ouverte pour qu’il passe, puis nous partions tous les deux vers la chambre où se trouvait Sammy. J’hésitai à lui prendre la main. Je ne fis rien. Il était en colère après moi, je ne préférais pas me faire envoyer balader. Je remerciai l’infirmière, rangeai la sucette dans mon sac, et pris les papiers que j’avais laissé sur le lit. Je pris Sammy dans mes bras pour le descendre du lit.

    « Allez viens mon grand. On y va. »

    Je le gardai dans mes bras le temps de sortir de la pièce, puis le mis par terre. Il savait marcher après tout. xD. Je pris sa main, et interrogea Adam du regard. Nous marchions vers la sortie.

    « Je suis désolée, réellement. Je sais que j’ai été lâche, je n’ai pas réussi à faire quoi que ce soit pour te le dire dès que j’ai su. J’ai eu peur aussi. Si tu as besoin de temps, tu n’as qu’à nous déposer à la pharmacie, je me débrouillerai ensuite. Je te laisserai tout le temps nécessaire pour ta décision. Je ne te force en rien Adam. »

    Nous étions maintenant dehors. Sammy tirait mon bras.

    « Je veux la sucette, je veux la suceeeeette. »

    Il commençait à crier.

    « Sammy, arrête-ça tout de suite. On va bientôt manger, tu auras ta sucette après. Et ne touche pas à tes fils. »

    Mais il continuait. Je levais les yeux au ciel.


_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Adam Bluth
BLUTH BOY • LONDON STYLE
avatar

Masculin
Age : 29
Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 01/02/2006
I-Pod Top Song : NERD - Stay Together
Mood : Bloody Good !
Copyright : Silk <3
Where can I find You? : Dans ma nouvelle maison...

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Jeu 11 Juin - 16:22

Si je voulais encore d’eux. Là n’est pas la question. Bien sûr que oui, sinon je ne lui aurai pas affirmé le fait que je ne pouvais pas fuir mes responsabilités. Je ne voyais là pas vraiment d’intérêt à sa question mais de toute façon elle ne pouvait pas dire grand-chose là-dessus. Je la vit pleurer, même si elle essayait de le cacher. J’ai fait pareil tout à l’heure donc bon. Je la regarde prendre son, enfin, notre fils, et cacher la sucette qui lui était destiné dans son sac. Nous marchons jusqu’à la sortie, et elle essaie de m’expliquer les raisons qui l’ont poussés à faire la morte alors qu’elle savait qu’elle était enceinte. Je l’écoute. Elle avait eu peur. C’est compréhensible après tout. Mais on ne s’était pas non plus quittés, quelques mois plus tôt, en se gueulant dessus, au contraire. J’avais toujours du mal à comprendre pourquoi elle ne m’avait pas contacté. Je veux dire, nous étions adultes. Je ne suis pas un ado ayant oublié sa capote pour faire son grand ou je ne sais quoi. Non, cela avait été un accident, mais j’ai toujours été un homme avec la tête sur les épaules. J’aurais vécu avec elle cette grossesse, et cet enfant. Peut-être avait-t-elle eu peur de cela aussi. Je veux dire, se retrouver en cloque d’un mec qu’on ne connait que depuis peu, ça a de quoi foutre les jetons. Et puis me retrouver aussi peu de temps après notre au revoir assez déchirant pour m’annoncer une nouvelle aussi importante. Je comprends. J’aurai été à sa place j’aurai….non, je n’étais pas à sa place. N’échangeons pas les rôles. Elle avait du elle aussi, du endurer quelques moments difficiles. L’accouchement, et puis tout ce travail de mère à effectuer seule, sans personne pour lui tendre la main. Je ne pense pas qu’elle l’a choisit, de rester seule à élever un enfant. Ou en tout cas elle avait fait un choix forcé. Je commence à avoir un peu de distance par rapport à tout ça, grâce à ses mots. Mais ça n’enlevait pas cette colère, et cette impression de gâchis inutile. Elle n’arrêtait pas de répéter qu’elle ne me forçait pas. Mais ce qu’elle disait n’allait pas changer mon avis, quel qu’il soit. Ma décision m’appartient. Elle ne me force en aucun cas à choisir pour tel ou telle solution. Je suis un grand garçon et elle le sait.

« Vous déposer à la pharmacie…je t’en prie…. »

Je ne suis pas un lâche. Elle le sait, ça aussi. Les cris de Sam me firent tourner ma tête pour le regarder. Il voulait sa sucette. Je vais pas dire que je savais que ce moment allait arriver au moment où j’ai vu sa mère ranger la confiserie dans son sac, mais presque xD Ne pas interdire, expliquer. J’avais vu ça à la télé. Ca m’avait marqué. J’ai 32 ans, hein. Je savais qu’un jour j’allais avoir un gosse. Je ne l’avais d’ailleurs jamais exclu. Mais je n’ai jamais pensé au fait qu’Eve aurait pu avoir un enfant de moi, jamais. Ni le jour où je l’ai revu dans le hall du lycée, ni dans mes pensées durant les deux semaines qui suivirent, jamais. On n’est jamais prêt pour être père. Mais on a tous le droit de se préparer, non ? Bref sa mère lui expliqua sévèrement la règle de la sucette après manger. Je ne l’avais jamais vu parler comme ça à qui que ce soit. Je le savais de toute façon, je ne connais pas encore toutes les facettes de sa personnalité. Je ne la connais ni mère, ni espionne. J’avais un peu de temps devant moi pour découvrir tout ça. A l’engeulade je ne réagis pas. Je ne me sens pas assez préparé pour faire le papa et lui expliquer qu’il fallait qu’il mange un vrai déjeuner et que seulement après, il pourrait avoir sa sucette. Pas encore. Ce n’était pas encore tout à fait mes oignons. Nous arrivions à la voiture. Sam faisait la moue, les larmes aux yeux. Eve avait l’air débordée, entre moi et son gamin faisant la gueule. Belle image d’ensemble. Jolie photo de famille ^^J’ouvre les portes et la laisse installer le petit à l’arrière, tandis que je pris ma place de conducteur. Ma Gran Torino n’acceptait pas les baves sur les sièges et les relans de vomis non plus. Mais c’était ça aussi être père, accepter la gerbe, les rots, le vomi, les cris, la merde, la pisse, etc. Le plus beau métier du monde, hein ? Je souris discrètement dans mon coin, mais ne voulait pas qu’Eve voit ça, je repris alors ma tronche de peureux énervé quand elle s’assied à côté de moi. Je lève la main et enfonce la clé pour mettre le contact, mais elle met sa main sur la mienne. Comme pour me stopper. Elle avait envie de parler ? Je la regarde, et m’assied dans le creux de mon siège. Je suis tout ouïe. Enfin, presque…

_________________

    That may be all I need
    In darkness she is all I see
    Come and rest your bones with me
    Driving slow on sunday morning
    And I never want to leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athens.forumactif.com
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Jeu 11 Juin - 17:17

    Adam ouvrit la porte et j’installais Sam à l’arrière. Je lui répétai de ne pas toucher à ses fils. Il était rarement chiant ou capricieux, mais quand il le faisait, ça me tapait sur le système. Heureusement qu’il était mignon à croquer xD. Je passai une main dans ses cheveux pour l’ébouriffer, je n’arrivais pas à rester bien longtemps la mère autoritaire. Je fis le tour de la voiture et j’allais m’installer à ma place. Je jetais un œil à Sammy. Il faisait la moue, ses yeux étaient tout mouillés. Aaah, nan, pas cette tête. Il savait me faire craquer avec cette bouille. Je regardais droit devant moi, il ne fallait pas que je cède. Je n’en avais pas envie, mais il était si mignon. Adam levai la main pour mettre les clés dans le contact. Je savais que c’était plutôt difficile pour lui tout ça. Je l’arrêtais en posant ma main sur la sienne. Il se recala dans son siège en me regardant. Je voulais qu’on s’en aille d’ici, je ne voulais pas parler de ce qui s’était passé pendant trois mois… J’enlevai ma main de la sienne, doucement.

    « Non, euh, vas-y. Je voulais juste te remercier pour tout ça. De m’avoir emmené et d’être au moins resté pendant que… »

    Je ne finissais pas ma phrase. Je ne fis que lancer un regard à Sammy, comme si je voulais parler de lui. Je me remets droite dans mon siège et dépose la grosse enveloppe devant moi. Je sors l’ordonnance de mon sac pour l’examiner. Je connaissais les médicaments prescrits. Maintenant il allait falloir trouver un moyen de les lui faire avaler. Je soupirai alors qu’Adam démarrait. Le plus grand silence régnait dans la voiture pendant quelques minutes. Je voyais Adam concentré sur sa route, il ne bronchait pas. Il était encore énervé après moi, je le sentais, je le voyais. Je me mordais les lèvres.

    « Mamaaan… »

    Il commençait à bouder et à renifler. J’allais me taper la tête contre la fenêtre. J’allais sortir mon arme secrète. Il allait faire la gueule mais au moins il arrêterait de vouloir à tout prix cette sucette alors qu’il savait qu’on allait manger. Il voulait faire le beau parce que maman avait un ami avec elle, je le savais. Je ne voulais pas avoir l’air faible.

    « Samuel Nigel Mason, ne recommence pas. »

    Ordonnai-je, sans lui jeter un regard. Il savait que c’était le dernier appel. Qu’il ne valait mieux pas continuer. Quatre ans et déjà bien malin le petit n’empêche. J’en découvrais un peu plus tous les jours sur lui. Je n’aimais pas me montrer autoritaire avec lui, car je ne le voyais déjà pas assez. Mais je savais qu’il le fallait. Adam ne me regardait toujours pas. Il fallait détendre l’atmosphère, je n’aimais pas cette ambiance tendue. Je tournais donc un peu plus la tête vers lui, avec un sourire.

    « Il déteste quand je l’appelle comme ça. » Je marquais une petite pause. Pas de réponses ? Je n’en attendais pas après tout. « Nigel est mon grand-père. » Je bougeai la main, comme si je voulais encore le toucher, comme tout à l’heure. Mais je me ravisai. « Sam a eu quatre ans le 22 juillet. Il était prévu pour le 5 aout, il faut croire qu’il aime être en avance. » J’eu un petit rire, puis continuai. « Au cas où tu douterais encore de moi, le médecin a dit qu’il a été conçu le 5 novembre 2004. Donc je ne pense pas avoir un seul doute te concernant. Et puis, hum, ce petit ami dont je t’avais parlé, avant Londres, nous n’avions jamais hum… »

    Je savais que je risquais de l’énerver un peu plus en disant tout cela. Mais dès que je commençais à parler de Sammy, je ne m’arrêtais plus. Je me retournai une énième fois vers lui. Il collait son front après la fenêtre, essayant certainement de se hisser pour voir un peu plus le paysage. Il avait apparemment déjà oublié l’histoire de la sucette. Je me retenais de rire. Puis reportai toute mon attention sur Adam. J’étais un vrai moulin à paroles concernant Sam. Mais puisqu’il n’avait manifestement aucune envie de parler, j’allais parler pour deux.

    « C’était un si beau bébé. Quatre kilos et demi. J’ai pas mal mangé pendant ma grossesse. »

    J’eu un petit rire. Je me demandais s’il doutait encore à cause de sa couleur de cheveux. Evidemment, je ne lui ai jamais dit que je n’étais pas une vraie brune… Serait-ce le moment ? J’avais l’impression de lui cacher tellement de choses à part la chose essentielle que je n’étais pas censée révéler. Je faisais définitivement tout de travers. J’avais peur aussi qu’il me voit différemment et qu’il soit déçu par la femme que j’étais réellement. Je me mordis la lèvre.

    « Si seulement je pouvais te montrer les photos. Tu verrais comme il aime poser. »

    Mon sourire perdit un peu de sa superbe. J’avais vraiment l’impression de lui forcer la main, de lui faire la promo de Sam pour qu’il reste à nos côtés. Je savais que ça allait prendre du temps. Si seulement je pouvais faire avance rapide…


_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Adam Bluth
BLUTH BOY • LONDON STYLE
avatar

Masculin
Age : 29
Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 01/02/2006
I-Pod Top Song : NERD - Stay Together
Mood : Bloody Good !
Copyright : Silk <3
Where can I find You? : Dans ma nouvelle maison...

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Jeu 11 Juin - 21:18

Me remercier d’être resté. Inutile. Je le répète, je ne suis pas un lâche. J’ai cru qu’elle voulait parler. Je m’étais trompé. Bien, tant mieux. J’allume le contact et appuie sur l’accélérateur. Pas trop, il y a un enfant à bord. Ça aussi, j’allais peut-être devoir m’y habituer. A rouler plus lentement. Sam allait s’imposer petit à petit dans chaque compartiment de ma vie. Il le faut, c’est mon fils. Il faut juste que j’avale la pilule qu’Eve m’avait enfoncé dans la gorge. J’allais devoir, dans tout ce que j’allais entreprendre, prendre en compte ce petit bonhomme de 4 ans et des poussières. J’allais devoir changer mon quotidien. Revendre ma maison peut-être, et investir dans une plus grande. Ou pas. En tout cas je n’allais pas revendre ma belle voiture pour avoir deux places en plus et un toit ouvrant. Elle est très bien comme ça. Mes yeux sont fixés sur la route, pendant que je calcule le nombre de concessions que j’allais devoir faire. L’engueulade mère-fils repris. Je le regarde dans le rétroviseur, il n’avait pas l’air très content. Il la voulait sa sucette. Eve énuméra son nom complet. Ce qui eu pour conséquence de taire le blondinet. Bonne technique. Là, Eve commence à me parler du petit. Du jour de sa naissance, me lance même une anecdote sur lui, et finit par me parler de son ex. Tout pour remuer le couteau dans la plaie, hein ? Je ne sais pas si c’est la nervosité ambiante, ou si c’est parce que Madeline était entrée dans son corps, mais elle ne s’arrêtait pas de parler. Je n’aime pas vraiment les pipelettes. Je suis loin d’en être une moi-même, même sous l’effet du stress. Alors si en plus, elle me racontait les débuts de Sam dans ce monde, j’allais péter les plombs. J’aurais préféré les vivre en direct, plutôt que de l’entendre parler de ça, cinq ans plus tard. Entre deux anecdotes, je lève une nouvelle fois mon regard vers lui, via le rétroviseur. Il avait la tête collé contre la vitre. Une petite marque rouge resta collée à la vitre quand il s’enleva. J’eus un petit rire, intérieur. Je repose mes yeux sur ma bien aimée alors qu’elle finit sa phrase expliquant qu’il adorait faire des poses.

« Eve…arrêtes…. » Inutile de continuer, cela ne faisait que m’attrister encore plus, d’avoir raté tout ça…. « Plus tard… »

Je lui dis ça et me range sur le trottoir. Face à une grande pharmacie. Je garde la main sur le levier de vitesse et ma ceinture attachée pour lui montrer que je n’allais pas l’accompagner. Elle comprend mon message du regard et sors de la voiture. Je pensais alors que Sam allait sortir également mais je la voyais déjà, de par la vitre, entrer dans la pharmacie. Bah merde, et qu’est ce que je fais du petit moi. Je le regarde une nouvelle fois, avec le rétro. Il boudait toujours. Il n’avait pas l’air inquiet du fait que sa mère n’était plus là. Têtu le petit. Comme son père…Je me retourne alors vers lui qu’à moitié, étant retenu par la ceinture. Je n’allais pas l’ignorer tout le long quand même.

« Ca va mieux ton bobo ?... » Dis-je, la voix légèrement tremblante.
« Ou elle est, ma maman ? » Me répond t-il. Il avait pas l’air paniqué, il venait –je pense- de percuter que sa mère n’était plus là.
« Elle arrive, elle est partie te chercher tes médicaments… »
Là, je sens qu’il va me lancer un « elle est où ma maman » en criant. Mais non, il restait toujours aussi calme.
« Je veux ma sucette… »


Pas con le petit. Elle devait être bonne pour qu’il la préfère à sa mère. Pris par à mon propre jeu. Moi qui voulais faire la discussion en attendant qu’elle revienne, il voulait que je sois son complice. Vol à l’étalage. De toute façon la sucette est dans le sac, avec sa propriétaire, dans la pharmacie. Mais bizarrement je joue le jeu. J’enlève ma ceinture, et me retourne complètement vers lui. Je ne sais pas pourquoi je fais ça, le stress, la peur. Peut-être. En tout cas parler avec un gamin n'avait rien de bien difficile. Mais avec le sien. De quatre ans. Qu'on vient de rencontrer. C'était autre chose. Mais faut bien se jeter à l'eau à un moment donné, pas vrai ? C'est ce que je fis.

« Je sais où elle est, mais je ne peux pas te la donner maintenant… » Il commence à bouder sévère. « Mais une fois que tu auras fini de manger à midi, non seulement tu l’auras, mais en plus je t’ouvrirai ma porte secrète…remplie de sucreries, rien que pour toi… » Son sourire radiait à nouveau la salle, enfin, la voiture.

Promesse même pas fondée puisqu'on était même pas sur d'aller chez moi. Mais ça avait marché, il ne faisait plus la gueule. Sa mère arrive, je me recale au fond de mon siège. Je le regarde dans le rétro une dernière fois, puis lui fait « chut » avec mon doigt, il acquiesce en riant. Je remets ma ceinture. Elle entre dans la Gran Torino avec un sachet à la main. Elle regarde son enfant ayant retrouvé le sourire, puis moi. Je fais mine de rien, je reprends mon air grave. J’attendais simplement qu’elle me dise où aller. Je mets les deux mains sur le volant pour qu’elle comprenne une nouvelle fois mon message, puis j’attends qu’elle me parle. Comme si de rien n’était.

_________________

    That may be all I need
    In darkness she is all I see
    Come and rest your bones with me
    Driving slow on sunday morning
    And I never want to leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athens.forumactif.com
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Ven 12 Juin - 1:20

    J’aurais pu continuer des heures. Mais il m’arrêta. Tout simplement. Je comprenais, un peu. Je devenais légèrement chiante, mais je faisais tout ce que je pouvais, je voulais inconsciemment le convaincre. Je regardai alors par la fenêtre. Je ne dis rien. Je me taisais puisque c’était ce qu’il voulait. Il s’arrêta devant une pharmacie, mais gardait les mains sur le volant, ne détachait pas sa ceinture. Bien. Malgré ce que je lui avais dit, je voulais qu’il reste avec moi. Je ne pouvais pas me passer de lui, pas une seule seconde. Alors je laissai Sammy derrière. Déjà parce qu’il allait me faire une colère devant tout le magasin, et deux, je savais qu’Adam n’allait pas partir si Sam était à l’arrière de la voiture. Egoïste ? Machiavélique ? Juste amoureuse, je crois. J’allais donc chercher les médicaments et les pansements. Evidemment, il y avait beaucoup de monde puisqu’il était midi. J’attendais silencieusement, mais à l’intérieur je bouillonnais d’impatience. Je voulais tellement revenir à ce matin, où nous n’avions rien à nous soucier, où nous étions dans son lit, à manger, à se caresser en regardant Gatsby. Un avant-goût de paradis. Gâché par mes cachotteries. Je soupirai. Enfin mon tour. Je me dépêchais de faire mes achats et sortit de la pharmacie. Je vis Adam qui était tourné vers Sam. Je souris. J’entrai dans la voiture et Adam avait de nouveau son air de tout à l’heure. Je fronçais les sourcils, un demi-sourire accroché aux lèvres en voyant Sammy sourire comme s’il avait un placard de gâteaux devant les yeux.

    « Qu’est-ce que vous trafiquez tous les deux ? »

    Une partie de mon appréhension avait disparu. Ils avaient manifestement discuté, ou tout du moins, Adam lui avait parlé. Ils allaient apprendre à faire connaissance. Je m’accordais enfin l’espoir de voir notre famille réunie. Je lançai un regard satisfait à Adam. Il avait les mains sur le volant. Il voulait certainement savoir quoi faire maintenant. Je lui souris pleinement.

    « Je crois qu’il est temps que tu visites mon chez-moi. »

    Avant de m’attacher et qu’il démarre, je m’avançai vers lui et déposa un baiser au coin de ses lèvres.

    « Si tu en as envie bien sûr. »

    Je me recalai dans mon siège et m’attachai. Il démarra sur les chapeaux de roue puis ralenti son allure. J’eu un petit rire. Le voyage jusqu’à chez moi fut donc moins crispé que tout à l’heure. La voiture s’arrêta à un feu rouge. Adam avait toujours la main sur le levier de vitesse. Je posai ma main sur la sienne, tout en regardant droit devant et en souriant. Moi qui appréhendais tout cela, je voyais les choses sous un meilleur angle. Le feu passa au vert, je lâchai sa main. Nous arrivions très vite à la maison. Je sortis de la voiture, puis re-rentrai pour sortir Sam du bolide. Il regardait Adam avec un grand sourire, toujours avec le même regard de merlan frit. Bien, au moins il ne pensait plus à sa sucette. Ou pas. Je posai le petit par terre, puis pris les papiers qui étaient restés devant mon siège. Samuel se précipita jusqu’à la porte d’entrée alors que je venais d’ouvrir le portail.

    « Fais attention Sam. »

    Je parcouru ensuite la distance qui me séparait d’Adam. Dans un sursaut d’audace, je lui pris la main, malgré tout ce qu’il pensait de moi, et l’entraînai à l’intérieur. Je laissai le portail ouvert. Nous montions les quelques marches et nous nous trouvions sur le porche. Sam sautait devant la porte. Je fronçais les sourcils, qu’attendait-il ? Je lâchai la main d’Adam pour prendre mes clés dans mon sac. J’ouvris la porte, Samuel se rua à l’intérieur. Je roulai des yeux avec un demi-sourire. Je m’effaçai pour laisser Adam rentrer. Je le suivais, fermant la porte derrière moi. Je le laissai évoluer dans mon espace. J’enlevai mes ballerines que j’envoyais balader dans un coin. Une bonne odeur de cannelle et de bougies régnait encore dans le couloir. J’étais plutôt fière de ma demeure. Je croisais les doigts pour qu’il aime ce qu’il voyait. Et que tout se passe bien. Le laissant faire, je tournai à droite et entrai dans la salle à manger. Je déposai tout ce qui m’encombrait, puis passai dans la cuisine, séparée de la salle à manger par une porte fenêtre. Je me demandais où étais Sam car je ne l’avais pas entendu monter. J’entendis la télévision s’allumer. Evidemment. Je sortis de la cuisine. Adam était encore dans le couloir. Je lui fis un sourire, passai la main le long de ses reins alors que j’allais rejoindre mon petit monstre dans le salon juste en face de la cuisine.

    « Pas longtemps, Sammy. On va bientôt manger. »

    Je revins vers Adam.

    « Alors, tu aimes ? »

    Je maintenais mon sourire. Son avis comptait énormément pour moi.


_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Adam Bluth
BLUTH BOY • LONDON STYLE
avatar

Masculin
Age : 29
Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 01/02/2006
I-Pod Top Song : NERD - Stay Together
Mood : Bloody Good !
Copyright : Silk <3
Where can I find You? : Dans ma nouvelle maison...

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Ven 12 Juin - 14:25

Je venais d’avoir un moment de complicité avec mon fils. Et ça me faisait tout drôle. Je commençais à envisager que le fait d’être père comportait également de bons moments. Et pas que des concessions. Tout ce sentiment de gâchis m’avait fait penser que justement j’avais raté tous les moments de bonheur principaux. Ceux que les parents décrivent à chaque fois comme les plus merveilleux. Sa naissance, ses premiers pas, son premier mot, son premier rototo. Je pensais être passé à côté de toutes ses premières fois. Mais il n’a que 4 ans le petit bonhomme. Il n’a pas encore tout vu. Son premier jour d’école, sa première dent de lait qui tombe, sa première fois en vélo sans les roulettes, son premier baiser, sa première cuite, sa première cigarette, son premier rapport sexuel, etc. Oh il n’avait encore rien vu le Sam. Et j’étais là, cette fois ci, pour le voir. Je devrais m'estime heureux. Je commençais petit à petit à positiver. J’ai le sourire, mais ça ne se voit pas encore. Eve, elle, ça se voyait. Elle a sans doute compris que j’essayais de me rapprocher de Sam, et d’elle par la même occasion. Mais que j’avais encore trop de fierté pour lui dire que je ne lui en voulais plus, à voix haute.

« Je crois qu’il est temps que tu visites mon chez-moi. »

Elle souriait de plus en plus. Elle vient me faire un baiser. Je me demande ce que le petit pense de ça. Apparemment il ne pensait qu’aux confiseries que je lui avais promis, vu sa tête radieuse. Si j’ai envie de visiter son chez elle. Evidemment. La seule fois où j’ai approché sa belle maison c’est la fois où j’ai découvert l’invité mystère. J’avais besoin d’une mise à jour. Ce n’était pas forcement de bons souvenirs. Je lui fais un petit sourire, et démarre. Pris par l’excitation d’enfin pénétrer dans sa demeure secrète, j’accélère, un peu trop. Je m’en rends compte et ralentis vite fait parce que j’avais un coli fragile sur la banquette arrière. On arrive rapidement devant chez elle. Je ralentis en regardant de loin la demeure. Tout à fait son genre. Je me gare sur le trottoir de devant. Nous sortons tous de la voiture. Sam courre jusqu’à la porte d’entrée. Il attendait ses bonbons lui. J’ai peut-être fait une connerie en l’excitant autant, moi. Je reste là, devant ma porte à moi, et analyse les traits de cette maison qui avait l’air –de l’extérieur en tout cas- de correspondre tout à fait à ses gouts. Je ne bouge pas. J’attends qu’Eve vienne me délivrer de mon immobilisme. Et c’est ce qu’elle fit. Elle me prend la main, je me laisse faire. Cette fois ci j’en avais envie. Nous marchons puis rapidement, entrons à l’intérieur. Le petit se rue tandis que moi j’avance au ralenti, scrutant les recoins de cette grande et belle maison. Ca lui ressemblait tout à fait. Pas étonnant qu’elle a adoré mon ancien appartement, ça y ressemblait pas mal. En plus spacieux, quoi. Et puis ça sentait vachement bon chez elle. Ca sentait le pot-pourri. On se serait cru dans un magasin de décoration. Eve m’avait laissé seul un moment puis me rejoignit. Elle avait l’air d’attendre impatiemment mon avis. Elle va mettre en garde Sam puis reviens vite vers moi. Alors ? Verdict.

« Beaucoup, ça te ressemble parfaitement. » Cela ne pouvait être qu’un compliment.

« Je pense que tes meubles ne sont pas étiquetés, je me trompe ? » Je ris un peu.

Je faisais référence à ma blague faite lors de sa visite dans mon appartement lors de nos retrouvailles. J’étais plus détendu, et ça se voyait. Par contre, elle devait me guider, c’était moi l’invité cette fois ci. Et même conquis, j’étais un peu perdu. J’attends donc, les bras ballants, qu’elle m’emmène quelque part. Visiter la maison, pourquoi pas ?

_________________

    That may be all I need
    In darkness she is all I see
    Come and rest your bones with me
    Driving slow on sunday morning
    And I never want to leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athens.forumactif.com
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Ven 12 Juin - 17:14

    Il aimait ma maison. C’était important pour moi. S’il savait ce que j’avais derrière la tête, il comprendrait pourquoi je voulais qu’il apprécie ma demeure. J’avais conscience que l’ambiance qui régnait dans cette maison ressemblait fortement à celle de son appartement. C’était à moitié voulu. J’ai toujours su, de toute façon, que je voulais quelque chose de ce genre. Une ambiance un peu mystérieuse, qui sentait le magasin chic de décoration, des voilages qui volaient au vent, une sensation de sécurité, de bien-être. C’était ce qui m’avait mis à l’aise dans son appartement. Ca et le fait qu’on avait l’amour sur le tapis de son salon xD. Je n’avais eu aucune envie de partir. J’aurais voulu y rester encore et encore. Je notais que sa crispation disparaissait. Je m’avançais un peu plus vers lui, jusqu’à ce que je l’enlace complètement.

    « Et est-ce que ça ressemble à Adam aussi ? » Demandai-je, malicieuse.

    « Je pense que tes meubles ne sont pas étiquetés, je me trompe ? »

    Enfin il riait. L’ambiance était nettement moins tendue. Je ris avec lui. Mon regard se perdit dans ses yeux gris clair. Je l’embrassai du bout des lèvres. Je levai ma main vers sa joue pour la caresser. Je suivis sa cicatrice du bout du doigt. Je brûlais d’envie de savoir comment il avait eu cette marque. Mais je gardais ça pour plus tard. Je m’écartai un peu de lui, et souris à nouveau.

    « Non non ils ne le sont pas! Mon grand-père, Nigel, m’a acheté cette maison quand j’étais enceinte. Il savait que je n’aime pas forcément les grandes villes. Il m’avait assuré qu’Athens serait parfait pour moi. Et la maison est vraiment magnifique. »

    Il semblait un peu perdu. Logique, il n’était pas chez lui. Je laissai la visite à plus tard, après tout, on avait tout notre temps. Je passai une main dans son dos et l’entraînai vers la cuisine. Il était presque une heure maintenant, je savais que Sammy s’impatientait, surtout pour la sucette. Et puis je commençais à avoir un peu faim. Nous n’avions pas beaucoup mangé ce matin. Certes, j’avais oublié mon appétit avec toute cette histoire d’hôpital. Mais maintenant que toute la pression était retombée, le vide dans mon estomac se rappelait à mon bon souvenir. Je ne savais pas trop ce qu’il y avait dans le frigo, Madison le connaissait mieux que moi. Je lâchai Adam pour enquêter sur le contenu du frigo. Au moins, il n’était pas vide. J’inspectais les rayons, tiens un sachet de la boucherie. Il restait des faux-filets d’avant hier. Ca devrait faire l’affaire. Et pour aller avec ? Des pommes de terre que Maddie avait faites hier ? Parfait. Je sortis le tout que je posais sur la table au milieu de la cuisine.

    « Tu m’aides à faire à manger ? »

    Je lui souris, puis me retournai vers l’autre côté de la cuisine. Je m’approchais de la plaque de cuisson, j’extirpai deux poêles du tiroir en-dessous. Dans le premier, je mis un léger filet d’huile d’olive. Dans l’autre, je mis un peu de beurre que j’avais sorti du frigo. Je laissai le tout chauffer quelques secondes.


    « Regarde dans le frigo, il doit y avoir de la salade. »

    Je me retournai vers lui après avoir mis les patates et la viande dans les poêles. Je m’accoudai au plan de travail, juste à côté des plaques.

    « Est-ce que tu m’en veux encore ? »


_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Adam Bluth
BLUTH BOY • LONDON STYLE
avatar

Masculin
Age : 29
Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 01/02/2006
I-Pod Top Song : NERD - Stay Together
Mood : Bloody Good !
Copyright : Silk <3
Where can I find You? : Dans ma nouvelle maison...

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Ven 12 Juin - 21:19

« Et est-ce que ça ressemble à Adam aussi ? »

Elle avait glissé cette question pleine de sous entendus comme si de rien n’était. Question évidemment rhétorique. Bien sur que ça me ressemble, j’avais la même chose en plus petit, à Londres. Mais pour une fois, j’avais compris ce qui se cachait derrière cette phrase. Ce n’est pas toujours le cas. Moi, vivre ici ? Je ne vais pas dire que non, mais il était encore trop tôt pour y penser à court terme. Nous prenions notre temps, à près tout, non ?...En même temps…Je viens de découvrir que je suis le papa d’un petit blondinet de quatre ans. On avait zappé des étapes avec cette nouvelle. Je n’y avais pas encore pensé. Mais par rapport à elle aussi, ça allait changer. L’arrivée, ou plutôt, la découverte, de ce bébé allait nous obliger à beaucoup nous rapprocher. Un père, une mère, ce n’était pas deux êtres qui ne se voyaient que pour coucher ensemble ou se caresser en regardant Gatsby. Naturellement, ces habitudes allaient perdurer, mais de ma vision des choses, nous allions devoir nous voir plus souvent. Vivre ensemble, peut-être. C’est en tout cas, ma perception des choses à venir. Et, si j’avais bien compris son message indirect, c’était la sienne également. Je m’embrouille un peu tout seul. Parce que d’un côté je veux vivre avec elle pour profiter pleinement d’elle et ne pas louper une seconde de plus l’éducation de Sam. Et d’un autre côté je tenais beaucoup à ma liberté, mes hobbies, mes habitudes. Même inutile, une habitude reste une habitude. Et s’en débarrasser est toujours compliqué. Bref on verra ça plus tard. Son doigt frôle ma cicatrice, je frissonne. Puis elle me parle de son grand-père, qui lui avait offert la maison. C’est donc grâce à lui qu’elle a un si beau toit sur la tête, et peut-être même que c’est lui qui l’a convaincu de venir à Athens. Merci grand-papa d’Eve. Elle en parle à l’imparfait, ça a le don de m’intriguer. Mais je gardais ça pour plus tard xD

Mon attente fut expéditive. Elle m’accompagnait donc vers la cuisine. Très jolie cuisine d’ailleurs, comme le reste de la maison jusqu’à maintenant. Très grande aussi. Je répète mon exercice d’analyse de la salle pendant qu’elle cherche à manger dans le frigo. Incroyable la ressemblance avec mon ancien appartement. C’est comme si elle avait tout fait pour que son nouveau chez soi ressemble à l’ancien chez nous. Dans cette cuisine on avait envie d’y rester trois heures après le fromage, à discuter. C’est d’ailleurs ce que l’on faisait souvent dans mon ancien chez moi. Beaucoup de choses ont changés depuis ce temps. Mais beaucoup de choses sont restés semblables également. Dans nos esprits en tout cas. Je la rejoins lentement du côté des plaques de cuisson puis m’accoude à l’énorme table, qui se trouvait derrière moi. Elle me demande de regarder dans le frigo si j’y suis, je m’exécute, puis repose ce qu’elle m’avait demandé sur la table. Je repris alors ma pose de tout à l’heure. Je lui fais face, lui souriant encore un peu plus que tout à l’heure.


« Est-ce que tu m’en veux encore ? »

Oui et non. Peu importe, right ? Je laisse un petit silence s’imposer, pas trop non plus, pour ne pas réveiller son inquiétude à mon sujet.

« Est-ce que c’est vraiment important ? » Lui dis-je, gentiment.

« Je suis toujours là, non ? » Ajoutais-je, toujours souriant.

C’est pas tout, mais j’ai une petite dalle qui traine…

_________________

    That may be all I need
    In darkness she is all I see
    Come and rest your bones with me
    Driving slow on sunday morning
    And I never want to leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athens.forumactif.com
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Ven 12 Juin - 23:22


    L’huile commençait à crépiter dans la poêle. Je mis quelques secondes avant de réagir, puis je baissais le feu. Je me retournais et le regardais sortir d’autres provisions du frigo. Il les posa sur la table et me rejoignit. Je remarquai qu’il mit du temps avant de répondre à ma question. Je savais ce que cela voulait dire. Il l’était toujours. Mes lèvres se pincèrent en une grimace. Cela se voyait dans ses yeux qu’il commençait à s’attacher à Sam. Je ne supportais pas l’idée qu’il m’en veuille, surtout pour ça. Je comprenais, mais je n’aimais pas cela. Je ne voulais pas affronter son regard, alors je me retournais, inspectais les pommes de terre, les retournant, légèrement inutilement. Je fis de même avec la viande. J’allais ensuite chercher les assiettes dans le placard. Je les posai sur le plan de travail. J’ouvris le tiroir juste en-dessous, et en sortis les couverts. Je pris soin de choisir la fourchette et le couteau à l’effigie de Tigrou pour Sammy. Je mis le tout sur les assiettes, que je soulevai. Je me retournai avec toutes mes affaires dans les mains.

    « C’est important pour moi. »

    Je retournai dans la salle à manger, où je posai les assiettes et les couverts sur la table. J’ouvris la porte du milieu du vaisselier. Je pris trois verres que je posai sur la table. Je regroupai ensuite tout mon bazar de tout à l’heure, à savoir les radios, mon sac, l’ordonnance et le petit sachet de la pharmacie. Je posai mon sac dans l’entrée. J’entrai dans la bibliothèque où je déposai les radios sur le bureau, je les rangerai plus tard. Mon sac de cours était posé sur la chaise. Merde. J’avais un cours tout à l’heure et j’avais totalement oublié. Evidemment McDo avait réussi à me mettre un cours à la dernière heure de la dernière journée de la semaine. Dans un peu plus d’une heure, je devais être présente au lycée. Je ne pouvais pas louper ce cours, j’en avais déjà loupé en début de semaine. Maintenant qu’Adam était revenu dans ma vie, j’avais du mal à suivre mon rythme de vie. Il ne me restait plus que le sachet de la pharmacie dans la main. Je revins dans la cuisine, et je lançais par-dessus mon épaule :

    « Sam, tu éteins la télé, on va manger. »

    Je posai le sachet sur la table. Adam était toujours là, il avait pris le relai de la cuisson. Je sortis les cachets et l’ordonnance. Je laissai sortir les pilules dont Sammy avait besoin, puis refermai le flacon. J’emportai le tout près du frigo, en hauteur, hors de la portée de Sam. Il avait quelques fois la sale manie de fouiller partout. Heureusement que j’avais une longueur d’avance sur lui. Je gardai les cachets dans ma main, j’allais les apporter dans la salle à manger, pour les poser sur son assiette. Mais avant cela, je fis un détour par la case Adam. Je voulais qu’il comprenne que je n’étais pas énervée après lui. Je l’enlaçai doucement, me collais après son dos. Puis je me retirai et me décala sur le côté. La viande était presque prête, tout comme les pommes de terre. Je m’hissais sur la pointe des pieds et effleura sa barbe naissante de mes lèvres.

    «Et je ne te remercierai jamais assez d’être présent. Même si ca ne devait être que pour aujourd’hui. »

    J’eu un léger sourire. J’allais donc vers la salle à manger. Je déposai les médicaments sur l’assiette de Sammy. D’ailleurs, en parlant du loup. J’entendais toujours son dessin animé qui passait. Je n’allais pas m’énerver, non. Autant la jouer maline. Je retournai dans la cuisine. Je sortis un saladier d’un placard, Et mis le reste de la salade dedans. J’ouvris le frigo, il y avait certainement de la vinaigrette dedans. En effet. J’aimais faire de la vinaigrette dans un vieux pot de moutarde, ainsi je ne me prenais pas la tête à en refaire à chaque fois. Je sortis des couverts à salade, et amenai le plat sur la table. Enfin je revins vers le salon. Je m’appuyais contre l’encadrement de la porte. Sammy était assis par terre, en tailleur, en plein centre du tapis. J’examinais sa tête blonde un instant.

    « Sammy ? Plus tôt tu auras mangé, plus tôt tu auras ta sucette. »

    Sam se leva d’un bon, éteignis la télévision, et se planta devant moi, tendant les bras. Avec un sourire, je le pris dans mes bras. Il se serra contre moi. Ses cheveux sentaient bon le pain d’épice. Un petit rire s’échappa de mes lèvres alors que je comprenais qu’il avait –encore- du bouder Maddie pour qu’elle lui lave les cheveux avec mon shampooing. Un baiser sonore atterrit sur sa joue. Je m’approchai d’Adam, mais pas trop. Je ne voulais pas que Sam reçoive un projectile d’huile ou de beurre. Assez d’hôpital pour aujourd’hui xD. La cuisson était terminée.

    « Il y a un dessous de plat juste à côté de toi. Pour les pommes de terre, euh… » Sammy commençait à bailler fort dans mon oreille. L’heure de la sieste approchait. J’allais l’installer à sa place dans la salle à manger puis revint, une nouvelle fois, vers Adam. Je sortis un autre saladier. Je lui tendis. « Adam, j’ai un cours tout à l’heure. » Mes lèvres dessinèrent une moue désolée. « Est-ce que ça te dirait de t’occuper de Sammy ? » Je savais qu’il y avait peu de chances qu’il accepte, pas parce qu’il ne le voulait pas, je me doutais qu’il voulait faire connaissance, sinon il ne serait pas là. Mais c’était peut-être un peu trop pour lui.


_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Adam Bluth
BLUTH BOY • LONDON STYLE
avatar

Masculin
Age : 29
Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 01/02/2006
I-Pod Top Song : NERD - Stay Together
Mood : Bloody Good !
Copyright : Silk <3
Where can I find You? : Dans ma nouvelle maison...

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Sam 13 Juin - 5:17

Apparemment, elle a mal pris ma réflexion. Elle m'avait lancé que le fait de savoir si je lui en voulais encore était important pour elle avant de partir, les mains prises, vers la salle à manger. Moi, j'étais resté immobile, les coudes sur la table à laquelle je faisais dos. Je la regarde de loin poser tout ce qui l'encombrait sur la table. Elle sors de la pièce pour en franchir une autre, mon regard fixe à nouveau le vide. Qu'est ce qu'elle voulait que je fasse ? Que je dise ? Que tout allait bien et que tout était oublié ? Non, on est pas au pays des Bisounours, hein. Je ne suis pas du genre rancunier mais je suis loin d'être rassuré par tout ça. La pilule passait un peu mieux, certes. Mais je n'allais pas oublier le fait qu'elle, elle m'a oublié, il y a quatre ans de cela. Je ne lui faisais plus la gueule, et ça ne lui plaisait toujours pas ? En tout cas elle m'avait laissé seul, dans cette cuisine. Entendant la viande crisser, je m'occupais de la retourner. Je l'entendais au loin, ranger des affaires ou quelque chose comme ça. Les patates crient au secours, pour ne pas finir brûlées, alors je les remue à leur tour. Elle fait des va et viens entre la salle à manger et la cuisine. Tandis que je tend l'oreille pour arriver à discerner un pseudo-dialogue avec elle, dans le brouhaha que faisait la cuisson des deux plats du jour. Mais rien. Elle me surprend alors par derière, en m'enlaçant le dos. Elle s'enlève après un bisou et je la suis, d'un oeil aiguisé.

Elle me remercie une nouvelle fois d'être resté. Ce n'est pas ce que je cherchais. D'ailleurs je ne cherchais rien du tout. J'avais simplement envie de la rassurer. Lui prouver une fois pour toute que je ne suis pas un lâche. Je ne vais pas fuir le pays parce que je viens d'apprendre que je suis père. J'avais l'impression d'être un Guest Star, venu pour faire gonfler l'audience. Et sa promo de Sam dans la voiture, tout à l'heure, n'était pas là pour me rassurer sur l'image qu'elle pouvait avoir de moi en ce moment. Je n'avais pas besoin d'être charmé à nouveau quand on s'est retrouvés, il y a deux semaines. C'était déjà fait. Ici, c'est pareil. Samuel est mon fils, je l'adore déjà, normal, c'est mon fils. Pas besoin de me charmer pour quelque chose de tout à fait naturel. C'était presque blessant, de croire que j'allais partir en courant. En même temps, il faut relativiser aussi. Moi, je sais comment je suis, j'ai des principes. Mais Eve ne le savait peut-être pas. On ne se connaissait pas encore assez bien pour cela.


« Ne me remercie pas...je suis là parce que je le veux bien, pas parce que tu m'y force. » Dis-je en lui rendant son sourire.

Parce que je l'aimais aussi. Lui dire ça maintenant ne serait pas si deplacé, mais ce n'était pas encore le bon moment. Elle prépare la salade et Sammy fait encore des siennes. La télévision était encore allumée alors qu'on allait manger. Il adorait la télé, apparemment. Un peu trop d'ailleurs. Je me vois mal lui faire la morale là dessus. Hier soir encore, je m'étais endormi devant un énième épisode de The Wire. Tel père, tel fils, alors. Eve le menace une nouvelle fois en incluant la sucette dans le deal. Evidemment, je la vois rappliquer illico avec le petit sur les bras. Ellle m'apprend qu'un saladier attendait les patates. Je dépose tout sur la table tandis qu'elle amène Sam dans la salle à manger. Elle reviens puis m'annonce qu'elle avait un cours cet après-midi. Je lâche, de déception, un couvert qui resonna sur le saladier en verre. Je soupire un peu. Encore une fois je m'attends à passer la journée avec elle et je ne peux finalement pas. Si c'est pas une mission, c'est un cours. Il y a de quoi être déçu. Là je me demande comment elle faisait pour elever un enfant avec toutes ces activités distinctes. Je déduis alors qu'elle a une nounou, etant donné le deal qu'elle me propose. M'occuper de Sammy ? Je balise un peu. Reflechis un chouilla. Tout à l'heure, dans la voiture, ça avait bien marcher. Mais qui me disait que ça allait continuer aussi bien ? Un enfant c'est tout sauf prévisible. Qui sais ce qui pourrait se passer une fois sa mère partie pour une bonne heure ? Et puis à continuer comme ça, j'allais être quoi à ses yeux ? Le bon ami de sa mère ? Sa nounou ? Non, non. Si je devais rester, c'était à une seule condition, de voir mon statut fixé à ses yeux. Je suis toujours là parce que je suis son père. Si je venais à rester, j'allais devoir l'être officiellement. Je plante alors mon regard dans celui de Eve.

« Tu penses lui dire quand.... » J'hesite, trembelotte un peu de la voix... « ...Que je suis son père ? »

J'espère au moins qu'elle l'avait prévu...

_________________

    That may be all I need
    In darkness she is all I see
    Come and rest your bones with me
    Driving slow on sunday morning
    And I never want to leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athens.forumactif.com
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Sam 13 Juin - 14:19

    Le bruit du couvert tombé dans le saladier me fit sursauter. Je levai les yeux vers Adam. Il avait l’air déçu. Je m’en doutais, je le savais. J’aurais aimé passer la journée avec lui, mais nous avions aussi des obligations. Je pris le saladier dans mes mains, ainsi que l’autre qui contenait la salade. Je me plantais devant Adam. Si j’allais dire à Sammy qu’Adam était son père ? Bien sûr que oui, je n’avais pas imaginé un scénario digne d’un roman d’amour dans ma tête si ce n’était pas pour lui annoncer. Je voulais qu’on forme une vraie famille. Je ne voyais pas l’intérêt de cacher à Sam la réelle identité de l’homme, qui, je l’espérais très fort, allait partager notre vie. Je n’allais certes pas lui annoncer alors qu’il aurait la bouche pleine de pommes de terre. Je ne savais pas quand j’allais le faire. Mais je savais que j’allais le faire.

    « Je… Je vais le lui dire. »

    Je marquai une pause.

    « Depuis le moment où je t’ai revu, j’ai voulu le lui dire. Je voulais juste être sûre que tu n’allais pas t’éloigner de nous. »

    Je reposai les plats sur la table, ils commençaient à devenir un peu lourds. J’avais peur de la tournure qu’allait prendre la conversation. Je faisais des illusions sans le vouloir, je ne m’en rendais compte qu’après coup. Je respirai un bon coup, et je repris les saladiers. Je contournai la table et les emmenai dans la salle à manger. Je retournai dans la cuisine. Je fis face à Adam à nouveau. Je ne disais rien pour le moment. Je ne faisais que le fixer, j’étais, encore une fois, perdue dans ses yeux. Au bout d’un moment je secouai la tête, et entreprit de prendre la poêle et l’emmener sur la table. Ma main glissa du manche et le bout de mon index et de mon majeur atterrirent sur le bord de la poêle, brûlant. Je retirai vivement ma main. Je me retins de jurer en serrant les dents. Je secouai ma main. Mes doigts piquaient et brûlaient. Je me précipitai jusqu’au lavabo. J’avais mal sur le coup, mais je savais que ça allait passer. Je mis le mitigeur à droite toute, et passa le bout de mes doigts sous l’eau froide. Je tournai la tête vers Adam.

    « Je lui dirai. Tu préfères peut-être faire connaissance avec lui d’abord ? »

    Au bout de quelques minutes, j’arrêtais l’eau et m’essuyais les mains.

    « Il va faire la sieste pendant une heure et demi. » J’eu un petit rire. « Il doit avoir une pendule dans sa tête. Je le connais, il va oublier sa sucette tellement il est fatigué. Quand il sera réveillé, tu pourrais la lui donner. Je serais rentrée avant 15h30. Si tu ne veux pas, je me débrouillerai. Je comprends que ça fasse peut-être un peu beaucoup. »

    Je lui fis un petit sourire, et me dirigeai vers la salle à manger. Il me suivait. Je m’installai en bout de table, Sammy était à ma droite. Je préférais être à côté de lui pour lui couper la viande et tout ce qui suivait. J’invitais Adam à se servir en premier. Puis je servi Sam. Je lui demandai s’il voulait de la salade, mais il fit non de la tête. Evidemment. Il aimait la plupart des légumes, sauf la salade. Et puis il était encore un peu petit pour apprécier l’alliage du vinaigre et de la moutarde, c’était un peu fort en même temps. En revanche, comme sa mère, il adorait les pommes de terre. Je lui en servis abondamment. Je me servis, puis coupait mon morceau de viande en deux. Je laissai une moitié de côté pour moi, et je coupais la deuxième en petit morceau. Je mis le tout dans son assiette puis me levai. Je repartis vers la cuisine. Je sortis du ketchup du frigo, et remplis une carafe d’eau. Je revins dans la salle à manger où je mis le tout sur la table. Adam et Sammy attrapèrent le ketchup en même temps. Cela me fit rire. Manifestement, ils ne se ressemblaient pas que physiquement. Le déjeuner se déroulait plutôt bien.

    Après son yaourt, Sammy baillait de plus en plus. Je le pris dans mes bras.

    « Allez mon chéri, il est temps d’aller faire un petit somme. »

    Comme je l’avais prévu, il n’avait pas réclamé sa sucette. J’allais sortir de la salle à manger, mais je me retournai au dernier moment.

    « Viens. » dis-je simplement à Adam avec un petit clin d’œil. Juste en face de la porte de la salle à manger, ou presque, se trouvaient les escaliers. Sam commençait déjà à s’assoupir sur mon épaule. Il allait presque baver sur mon gilet xD. Je montais doucement les marches, pour qu’Adam me rejoigne. Arrivés en haut, je tournais sur ma droite et entrait dans la chambre de Sammy. Je souris. C’était plutôt bien rangé comparé à d’habitude. Je le déposai dans son lit qui se trouvait dans le coin gauche de la pièce. Je ne fermai pas les rideaux, je savais qu’il n’aimait pas cela la journée. Je me retournai vers Adam. Mes lèvres s’étirèrent en un sourire alors que je posai les yeux sur lui.

    « Alors, tu ne m’as pas répondu. Tu veux bien rester le temps que j’aille au lycée ? » Je m’approchai de lui et l’embrassai du bout des lèvres. « Tu veux visiter maintenant ? »


_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Adam Bluth
BLUTH BOY • LONDON STYLE
avatar

Masculin
Age : 29
Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 01/02/2006
I-Pod Top Song : NERD - Stay Together
Mood : Bloody Good !
Copyright : Silk <3
Where can I find You? : Dans ma nouvelle maison...

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Sam 13 Juin - 22:10

J’avais besoin de temps. C’est ce que je lui avais dit lorsque je compris que j’étais père, et ce depuis 4 ans. Mais entre temps, je m’étais rendu compte qu’il fallait bien que je fasse connaissance avec Sam. Et mon petit moment de complicité avec lui avait pesé beaucoup dans ma décision de rester. Je positivais enfin. Pire, j’envisageais déjà de m’installer avec eux. Je m’étonnais moi-même de ce revirement de situation. J’en étais désormais à vouloir que mon fils connaisse ma vraie identité. Beaucoup de choses avaient changé dans mon esprit depuis la scène de l’hôpital. Je ne dirais pas que je n’étais pas sur d’en vouloir à ce moment là, mais plutôt que j’en voulais vraiment, maintenant. Eve avait prévu de lui annoncer depuis un bail déjà, mais avait peur de ma réaction. Assez compréhensible. Je ne vais pas lui rentrer dedans à nouveau parce qu’elle avait douté de moi, elle a eu raison. Comme je l’ai dit, elle ne savait pas encore vraiment tous les aspects de ma personnalité. Je suis quelqu’un de stable, fidèle, avec la tête sur les épaules. Mais c’est sur que si je n’ose pas lui dire ça en face, elle allait continuer –sans doute- à avoir des doutes sur mes intentions futures. Je veux alors poser ma main sur la sienne et lui prouver par quelques mots que j’allais rester bien rester à ses côtés, et que je n’étais pas prêt de partir. Mais elle me devança et repris ses saladiers avant même que je ne puisse approcher ma main. Elle s’éloigne et dans un élan, je marmonne, sur qu’elle ne m’entendra pas désormais.

« Je t’aime »

Je sais qu’elle ne l’entendra pas. J’allais un jour lui dire, en face, un ton au dessus. Mais apparemment, ce n’était toujours pas le moment. Elle revient vite dans la cuisine puis plante ses yeux bleutés dans les miens. Je retente ma chance. Peut-être qu’elle comprendra sur mon visage tout l’amour que je lui porte, cette fois. Sans succès. La prochaine fois, peut-être. Je baisse alors la tête en souriant, tandis qu’elle s’occupe encore et toujours de mettre la table. J’examine sa façon de faire, en observateur. Puis grossis les yeux quand elle se brûle avec la poêle. Pris de cours, je n’ose pas trop intervenir. Je prends une mine un peu désolé, elle était déjà en train de se soigner sous l’eau froide. Ce n’est pas comme si c’était une housewife comme les autres, elle est espionne, je le rappelle. Elle se débrouillait très bien toute seule. La preuve. Gêné sur les bords, je m’en voulais un peu de ne rien avoir dit sur le coup. Elle ferme l’eau après m’avoir demandé si je voulais faire connaissance avec lui d’abord. Question rhétorique, encore une fois. Mais je tiens à mettre les points sur les « i ».

« Evidemment » Lui dis-je en m’approchant d’elle. Toujours souriant.

Elle m’explique le programme. Je me mords l’intérieur de la lèvre en me retenant de rire. Une pendule dans la tête ? Tiens, tiens. Ca me rappelle quelqu’un ça xD Bon ce n’est pas tout mais c’est l’heure de manger. Mon ventre me l’indique à voix haute. Je suis Eve jusqu’à la salle à manger, puis m’installe à sa gauche, en face de mon fiston. Je me sers en remarquant qu’il n’aime pas la salade. Hinhin, à son âge, je ne pouvais pas imaginer enfiler ces bouts de feuilles dans ma bouche, impossible. Si je me souviens bien, c’est à un mariage –de mon cousin je crois- que je goutais pour la première fois un bout de salade, assaisonné. J’eus une révélation. J’avais quoi, 8, 9 ans. Et depuis, je ne peux pas manger de la viande, ou un bout de fromage, sans quelques feuilles de salade à côté. Preuve encore que je n’avais pas encore assisté à toutes ses première fois. Eve amène du ketchup sur la table. Je veux l’attraper mais qui je sens sur ma main ? Sammy… Je m’empêche une nouvelle fois de rire, un sourire prononcé au coin de mes lèvres. Je lui laisse évidemment le privilège de goûter en premier. Pendant qu’il se sert je regarde Eve, en laissant échapper un petit rire. Le déjeuner se termine, et le petit étant crevé, sa mère décide naturellement de l’emmener en haut. J’avais un petit coup de mou moi aussi, tiens. Elle me fait signe de la suivre. Je baille discrètement durant notre montée des escaliers. Nous arrivons dans sa chambre. Très grande, très belle. Comme le reste de la baraque. Je la laisse poser Sam sur son lit, au coin de la pièce. Elle revient enfin vers moi, et retente sa chance. Me demandant si j'allais rester finalement ou pas. J’acquiesce d’un mouvement de tête, accompagné d’un énième sourire. Elle me propose enfin cette fameuse visite.

« Oui, pourquoi pas… »

Oui c’est vrai, pourquoi pas ?

_________________

    That may be all I need
    In darkness she is all I see
    Come and rest your bones with me
    Driving slow on sunday morning
    And I never want to leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athens.forumactif.com
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Dim 14 Juin - 1:43

    Adam acquiesça d’un coup de tête. Je l’enlaçai pour le remercier. Je restai un instant contre lui alors qu’il accepta la visite. Je restai un instant dans ses bras, profitant du contact de sa peau contre la mienne, d’entendre son cœur qui battait fort. Je laissai aller ma tête contre son torse. Mes mains descendirent le long de son dos. Il n’avait qu’à me le demander, et j’allais rester à ses côtés. Mais je savais qu’il ne le ferait pas. Il ne l’avait pas fait jusqu’à maintenant. J’avais compris qu’Adam était un homme qui prenait ses responsabilités et qui était enclin à inciter les autres à le faire. Donc j’allais prendre mon mal en patience pendant l’heure où je donnerai cours, puis je reviendrai et passerait la soirée avec lui, et peut-être même la nuit, s’il restait à la maison. Etant revenue de mission le matin même, je ne devrais pas y retourner ce soir. Je m’écartai à contrecœur d’Adam. Je me retournais et vérifiai l’heure sur le réveil de Sammy. La pendule indiquait 13h35. Bien nous avions encore un peu de temps. J’avais peut-être une maison relativement grande, mais je n’habitais pas Versailles, nous devrions rapidement avoir fini. Je me dirigeais vers notre fils et je l’embrassai sur le front en passant ma main dans ses cheveux. Je revins vers Adam, lui pris la main, et nous sortions de la chambre. Je fermai doucement la porte. J’essayais de ne pas faire de bruit, il avait tendance à être réveillé par n’importe quoi. J’entraînai Adam avec moi. Nous passions devant ma chambre dont la porte était fermée. Je laissai ça pour plus tard. Nous reprenions les escaliers, et les montions à nouveau. Je ne lâchai pas sa main. Je lui montrai les deux grandes pièces ainsi que le débarras. C’était le grenier. Il y avait pas mal de cartons et de choses dont je ne me servais pas. Les pièces étaient plutôt spacieuses mais elles ne me servaient à rien.

    « Voilà le grenier. Certes il est un peu poussiéreux. » J’avais tendance à un peu exagérer les choses. J’avais nettoyé la semaine dernière. « Je sais que je pourrais faire quelque chose de ces deux pièces mais je n’ai pas eu le temps d’y réfléchir… »

    Peut-être y réfléchirons-nous ensemble ? Ajoutai-je mentalement. Je laissai Adam inspecter les lieux. Je m’approchai de l’escalier, tendais l’oreille pour savoir si Sammy pleurait. Cela lui arrivait quelques fois. Il a le sommeil tranquille en général. Adam revint vers moi. Je souris. Nous redescendions au premier. Je ne lui montrai pas à nouveau la chambre de Sam, nous en sortions à peine.

    « Je ne te remontre pas la chambre de Sam. Par contre, essayons de ne pas faire trop de bruit, il a tendance à être réveillé par le moindre bruit. »

    Je lui souris, puis l’emmenais vers la salle de bain. Je ne m’attardais pas. Dans les tons vert et blanc, la salle de bains avait des allures d’entre-deux guerres. Une grande baignoire en faïence blanche était posée à notre gauche, près de la porte. Un tapis vert anis était posé au centre de la pièce. Les serviettes étaient assorties au tapis. Dans le coin à gauche au fond, un lavabo plat, pour respecter la tradition des années 30, et un grand miroir. Au sol, et sur la moitié des murs, des petits carrelages carrés blancs (au sol) et verts (sur les murs) avaient été posés. Je le laissai entrer puis le suivis à l’intérieur. Il y avait également une armoire en face du lavabo. Les deux fenêtres apportaient une luminosité exceptionnelle à la pièce. Je me postai entre l’armoire et la porte et ouvrit les portes coulissantes en bois qui séparait la salle de bain de ma chambre. Contrairement au reste de la maison, où des tas de choses étaient, minutieusement, entreposées, ma chambre était plutôt simple, épurée. Un lit haut en fer forgé blanc était posé contre le mur à côté de la porte d’entrée de la chambre. Des draps blancs de confection française, plusieurs oreillers, une couette en plume, un édredon. De chaque côté se trouvaient une table de nuit en bois foncé, patiné. Une lampe était posée sur chaque table. L’air qui passait à travers la fenêtre entrouverte soulevait légèrement les voilages. Je supposais qu’il me suivait. Je m’avançais, passait devant le lit, et ouvris les deux portes coulissantes qui menaient au dressing. Les portes étaient les répliques parfaites de celle de la salle de bain. Malgré le foncé des portes, la chambre était très claire. Les murs étaient peints de blanc, tout était blanc. Même les cadres avec les photos de famille qui étaient posés sur la fine table sous la fenêtre. J’entrai dans le dressing. Les mêmes rideaux étaient accrochés aux fenêtres. J’étais plutôt ordonnée. Les vêtements étaient mieux rangés que sur les photos de dressing de catalogue. Je me retournai vers Adam.

    « J’ai eu pas mal de temps libre quand j’étais enceinte. J’ai pratiquement tout fait moi-même, sauf les gros travaux. Si nous retournions en bas, je te ferais voir le reste avant de partir. »

    Nous sortions de ma chambre et, sans faire beaucoup de bruits, nous redescendions au rez-de-chaussée. Je lui montrais rapidement le salon. Les murs étaient recouverts d’une tapisserie beige claire. Au centre se trouvaient un canapé beige, foncé, un tapis blanc, celui où était assis Sammy tout à l’heure. Sur le mur qui jouxtait l’escalier, il y avait une énorme étagère de dvd. La plupart était pour Sammy. Mais certains étaient aussi pour sa maman quand elle n’avait rien à faire. Il n’y avait pas de livres dans le salon. Ils étaient tous dans la bibliothèque et dans le petit salon du premier étage. A côté de la « médiathèque », j’avais mis un piano que m’avait offert ma grand-mère. Je n’y avais jamais joué. J’avais appris étant petite mais j’avais tout oublié. Sammy s’y amusait quelques fois, appuyant n’importe comment sur les touches. Ce qui me faisait rire. Une commode touchait le mur du couloir, où j’avais posé, entre autres photos de Sammy et de ma famille, des babioles et autres objets de décoration que j’adorais. Près du canapé était posée une table ronde, sur la quelle j’avais mis un vase avec de grandes orchidées. D’ici, le bouquet cachait l’écran plat et le petit meuble avec le lecteur dvd et le décodeur du satellite. Au sol était posé du parquet ciré couleur chêne. C’était même du véritable chêne des Rocheuses. Je l’entraînais ensuite dans la bibliothèque. Plus petite, plus foncée par les livres, les boiseries et la tapisserie bordeaux clair. Au centre, on trouvait mon bureau, un bureau de style empire en acajou foncé où mes cours s’entassaient.

    « Je te laisserai voir la véranda par toi-même. Il va falloir que j’y aille. »

    Je fis une grimace désolée, comme tout à l’heure. Je sortis de la bibliothèque et attrapai mon sac. J’en extirpai la sucette de tout à l’heure. Je la tendis à Adam.

    « Chose promise, chose due, n’est-ce pas ? »

    J’eu un petit rire pour détendre l’atmosphère. J’allais chercher mes clés dans mon sac, mais j’eu une petite idée. J’enfilais mes ballerines, puis revins devant lui.

    « Tu me prêtes ta voiture ? » demandai-je avec malice.

    Je le vis hésiter un instant. Puis il me laissa ses clés. Je l’embrassai.

    « J’y ferais attention. Merci. Et merci encore de rester. » J’ouvris la porte, puis me retournai. Je l’embrassai encore. C’était beaucoup plus difficile que je le croyais. J’avais voulu trouver quelque chose qui ressemblait à je t’aime sans en dire trop, mais je ne trouvais rien qui me convenait. Je me retournai plusieurs fois en descendant les escaliers. Puis avant de monter dans la voiture, je lui fis signe. Allez, une petite heure, ça devrait passer vite. Ou pas.


_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Adam Bluth
BLUTH BOY • LONDON STYLE
avatar

Masculin
Age : 29
Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 01/02/2006
I-Pod Top Song : NERD - Stay Together
Mood : Bloody Good !
Copyright : Silk <3
Where can I find You? : Dans ma nouvelle maison...

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Dim 14 Juin - 7:00

Elle se blottit contre moi et je n'ai qu'une envie, la convaincre de rester à mes côtés. Mais c'était plus facile à dire qu'à faire. Si j'étais à sa place, je ne serais pas rester de toute façon. Je suis comme ça. Un mec reglo. Et c'était dans mes principes de ne pas demander à quelqu'un -qui que ce soit- de faire quelque chose que moi même n'aurait pas fait. Ca ne m'empechait pas de trouver ça injuste, cette séparation, alors qu'on commençait à peine à arrêter de se prendre la tête. Bref après cela, nous sortîmes de la chambre de Sam pour aller s'aventurer à l'étage au dessus. Le grenier, apparemment. Deux pièces assez spacieuses, ne demandant qu'à être remplies. Elle n'a pas encore trouvé l'utilité que pourraient avoir ces deux pièces, m'avait-elle dit durant mon inspection des lieux. Dois-je y comprendre un message quelconque là dedans ? Ou pas ? Elle n'ajoute rien à cela, je passe donc à autre chose.

« Je ne te remontre pas la chambre de Sam. Par contre, essayons de ne pas faire trop de bruit, il a tendance à être réveillé par le moindre bruit. »

Pet de mouche power, volume deux. C'était pas le fils du boulanger, pour sur. Sur ce, nous continuons la visite. J'admire ces pièces gigantasques, qui dégagent un vrai truc, très personnel à Eve. Il faut dire que les années 30 était une époque qui correspondait parfaitement au style, au visage, aux gouts et à la pensée, de Miss Mason. On ne pouvait pas en dire autant pour ma nouvelle maison. D'ailleurs...Si il m'arrive pas malheur de vouloir m'installer ici, avec eux, qu'allais-je faire de mon appart tout beau tout neuf ? Le vendre ? Après si peu de temps passé dedans ? Oui bon, en même temps je me faisais chier à l'intérieur donc niveau changement ça ne pourrait m'être que bénéfique. On passe de la salle de bain, à sa chambre, puis à son dressing. Tout ici avait une beauté qui semblait infinie. Elle m'explique un peu le pourquoi du comment de l'état parfait de la maison. Mon cerveau se concentra sur la fin de sa phrase. C'est vrai, elle allait devoir me quitter d'un instant à l'autre. Je serre la mâchoire. Ca me fait chier, je suis bien là. Avec elle, à m'emerveiller de chaque recoin de sa maison sublime. Nous descendons, je reste très silencieux pendant la visite. Mes yeux en prennent pour leur grade, je n'osais pas déranger les dieux en parlant pour ne rien dire. A chaque fois que j'entrais dans une pièce, j'avais un petit marmonemment qui voulait dire « whahou » en language Chewbacca. Le salon, puis la bibliothèque en passant par son bureau. Ici, tout était sophistiqué. Je vois d'ici la veranda, mon regard se crispe sur cette nouvelle, très bell pièce. Mais elle me fait comprendre en même temps que l'heure tournait. Elle allait devoir partir. J'imite sa moue des grands jours. Elle me tend la sucette, mon visage s'embellit un peu. Un petit rire accompagna le sien. Elle me demande les clefs de ma voiture. J'hesite, d'abord. Je fais alors semblant d'être reticent puis finit par céder, comme d'habitude. Je lui file les clefs.

« Tu as interêt » Dis-je avec ironie. « J'en ai envie.. » Un léger clin d'oeil allait en sa direction.

Elle ouvre la porte, m'embrasse une nouvelle fois. Je n'avais pas envie qu'elle parte, mais elle était bien obligée, right ? Elle se retourne plusieurs fois en partant, croisant à chaque fois mon regard. Je vois mon bolide s'eloigner petit à petit. Elle était partie, ça y est. Je reste immobile un moment. Me demandant ce que j'allais bien pouvoir faire durant son absence. Avant de monter au premier, j'observe les photos de Sammy, plus jeune. De quoi m'emerveiler, et m'attrister aussi, un peu. Un autre cadre montre Eve et son grand-père. Très belle photo d'ailleurs. Je repose une à une les photos et monte à l'étage. J'avais un coup de barre, je decidais alors d'aller me passer un coup d'eau froide au dessus du lavabo de la salle de bain. Je stoppe mon rinçage, mes mains retenant mon corps sur les rebords du lavabo. Je fixe mon propre regard grace à l'enorme miroir. Qu'allais-je faire ? Sam n'allait pas se réveiller avant encore un peu plus d'une heure. Je restai plus d'une demi heure ici, à me regarder sans savoir quoi dire ni penser. Puis je décidais d'arborer une seconde fois toutes les pièces géniales de la maison. Et tout ça sur la pointe des pieds. Malgré tous mes efforts, j'entends le petit crier. Pas brailler, nan, juste un cri qui montrait qu'il était encore vivant. Un cri un peu apeuré, tout de même. Pas le choix, pas le droit d''esquiver, quand même. Je remonte les escaliers et ouvre doucement la porte de la chambre du petiot. Il était un peu moins de 14h30. Comme l'avait prédit Eve. Une vraie horloge. Je vois qu'il est déjà réveillé depuis au moins cinq bonnes minutes, et décide d'entrer complètement dans la pièce. Il ne dit rien, je viens donc m'asseoir au bord de son lit.

« Bah alors, qu'est ce qu'il t'arrive, bonhomme ? » Je faisais occurrence à ses petits cris de tout à l'heure.
« Elle est où ma maman ? »
« Au travail »
Il fait mine de réflechir un peu, doit se demander ce que je fous encore là, surement.
« C'est toi, le papa de Maddie ? »
Je serre les dents, cligne des yeux. Que dire à cela ? Je ne connais pas de Maddie, et puis j'étais son papa à lui. Je me retins de lui annoncer la nouvelle, ce n'était pas à moi de lui dire. Il profite de mon silence gené pour continuer.
« Moi j'en ai pas de papa... »
Ma tête s'incline, j'allais craquer. De la faute à Eve ou à moi, on s'en fichait un peu. Il n'empêche que mon absence avait du lui peser, consciemment ou non. Je compatis à sa douleur, à son manque. Je lui dit, les yeux embués, mais resistants.
« Moi non plus... »
Il me regarde, et n'a pas l'air assez en forme encore pour ajouter quelque chose. Je sors discrètement la sucette de ma poche, et la tend vers le haut.
« J'ai ça pour toi, comme promis ! »
Son sourire accentue le mien.
« Tu veux descendre, regarder la télé ? »
Il hoche la tête avec ferveur, puis enlève rapidement la couette qui le gênait depuis tout à l'heure.


Il commence à courir vers les escaliers. Je lui dit de faire doucement mais s'était arreté devant les marche. Comme si il m'attendait. J'arrive à sa hauteur et me tend les bras. Ca me gène un peu, ne sachant pas trop quoi ni comment faire. Il insiste, je comprends alors qu'il veut que je le porte. Je le prend alors par les bras, puis le hausse jusqu'au haut de ms épaules. Blottis, contre moi, mes joues avaient rougis comme pas possible. J'ai pas l'habitude, qu'est ce que vous voulez que je vous dise. Il avait l'air d'avoir confiance en moi. Sans doute parce qu'il me prennait pour quelqu'un d'autre, le père de Maddie, apparemment. Ou avait-il remarqué que moi et sa mère étions plus que proches. Les enfants, même jeunes, comprennent beaucoup de choses. On s'était embrassé devant lui, enlacé devant lui. Il devait se douter que j'étais assez proche de sa mère pour me faire confiance. Une fois toutes les marches franchies, je le dépose doucement au sol. Il s'echappe rapidement de ma vue et cours jusque dans le salon. Il allume la télé, je le suis et prend place sur le canapé. Il me demande de lui mettre Shrek. Je m'éxécute, cherche parmis les nombreux dvd qui étaient les leurs le classique de Dreamworks. Une fois acquis, je l'insère dans le lecteur. Avant qu'il ne s'assied sur le sol, les jambes croisées, devant la télé, comme il en avat apparemment l'habitude, je lui tapota mollement le haut de son crane chevelu. Avec le sourire aux lèvres, apaisé par cette complicité naissante, je retourne m'asseoir sur le canapé en tissus. Vite, je ferme les yeux. Je ne m'endors pas, restant à l'affut du moindre fait et geste du petit Sammy. Au bout d'une heure de film, j'entends un son familier. Ma Gran Torino se range dans l'allée. Eve is back...

_________________

    That may be all I need
    In darkness she is all I see
    Come and rest your bones with me
    Driving slow on sunday morning
    And I never want to leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athens.forumactif.com
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Dim 14 Juin - 9:29

    « J'en ai envie.. »

    Ses mots résonnèrent en moi pendant une bonne partie de l’heure qui nous sépara. Devais-je voir plus loin que le bout de mon nez derrière cette remarque tout à fait innocente ? Voulait-il rester juste la journée ? Ou pour plus longtemps ? Je me torturais presque. Au moins j’étais sûre de savoir torturer quiconque. XD. En tous cas, peu importe l’issue de la chose, je savais que les deux solutions me faisaient plaisir. Le bruit du moteur qui ronronnait me fit sourire. C’était vraiment une belle voiture. J’aimais tout ce qui datait du siècle dernier. Ce bijou en était parfait exemple. Je m’arrêtais à un croisement à Lemon Heights. Mon téléphone sonnait dans mon sac. Je me penche pour l’attraper. La grosse tête blonde de Madeline était apparue à l’écran. Je réponds.

    « Allo ? » Demandai-je alors que je me penchais pour voir le feu, une vieille habitude.
    « Aaaaah. » J’éclatai de rire.
    « Madeline, qu’est-ce qui se passe ? »
    « Je n’arrive pas à joindre Adam. »
    « Il est à la maison en ce moment. »
    « Vous pourriez me le passer ? » Le feu passa au vert et je continuai à rouler avec mon portable à l’oreille. Dangereux, je sais. Et totalement inconscient par rapport à la promesse faite à Adam.
    « Cela va être plutôt difficile, je suis dans sa voiture. Je vais au travail. »
    « … »
    « Je peux lui dire de vous rappeler quand je rentrerai ? »
    « Ma machine à café a brûlé. »
    « C’est embêtant. Vous voudriez une nouvelle machine ? »
    « J’aurais voulu qu’Adam me la répare. »
    « Je lui dirai de vous rappeler. Vous connaissez la marque de votre machine ? »
    « Et bien tu connais ma mémoire, Eve. Je l’ai acheté en 1967. » Nouvel éclat de rire de ma part. Vintage ? Parfait. J’allais trouver de quoi lui faire plaisir.
    « Je verrai ce que je peux faire. » J’entrai dans le parking du lycée où je garai la voiture.
    « Merci Eve. » Elle raccrochait après que je l’eu saluée.

    L’appel de Madeline venait de m’accrocher un sourire permanent aux lèvres. Je sortis de la voiture, mes grosses lunettes de soleil sur le nez. J’entrai dans Hunter Hall, saluait la nouvelle secrétaire puis fila jusqu’à la salle des professeurs. J’y pris mon courrier, puis partis vers Stansfield Hall. Mon cours ne passa pas assez vite à mon goût. De plus, j’avais la tête ailleurs. Au bout de vingt minutes, je leur imposai un contrôle. Ils rechignèrent tous, disant qu’ils en avaient déjà eu un en début de semaine. Quand j’étais en mission. Je tentai de calmer le jeu.

    « Vous aviez des exercices à faire. Je n’avais pas prévu de les noter. En revanche, là vous le serez. »

    Je leur expliquai que c’était pour leur bien. Combien de gens se disaient bilingue alors qu’ils parlaient très mal ? Ils me demandèrent ce que j’en savais. Je leur répondis tout simplement que j’étais moi-même française. Ils furent tous étonnés. A force de discuter, je finis par leur proposer une heure par semaine où l’on traiterait, d’une façon ludique, de la nourriture, de la culture etc française. Ils furent tous enchantés, puis leurs sourires retombèrent lorsque je leur donnai quand même le contrôle. Je fus totalement soulagée lorsque l’heure fut passée. Enfin j’allais rentrer, retrouver les deux hommes de ma vie. J’allais rentrer dans la voiture d’Adam lorsque quelqu’un m’interpella. Je fronçais les sourcils. What now ? Je me retournai. Darell venait vers moi. Manquait plus que lui.

    « Eve ! Je peux peut-être te parler ? »
    « Il faut que je rentre, Darell. On peut peut-être parler la semaine prochaine ? » Nous étions vendredi quand même, ça pouvait attendre deux jours ?
    « J’en ai pour deux minutes. » J’étais toujours un peu gênée par rapport à l’incident de la dernière fois. Alors j’acceptais.
    « … » J’hochais la tête comme pour l’inciter à parler.
    « Que tu sortes avec mon frère est une chose. Manquer des cours parce que vous préférez rester au lit en est une autre. » Je roulais des yeux.
    « C’est de ça que tu veux me parler ? » En plus c’était totalement faux. « Je suis vraiment pressée. » Je me retournai. Mais apparemment il n’avait pas fini.
    « Je sais que tu travailles pour le gouvernement. » Dit-il simplement. Paniquée, je tentai de dissimuler mon trouble en riant.
    « Qu’est-ce que tu racontes ? Vraiment très drôle Darell. »
    « Mr McDonald m’a montré quelques papiers te concernant. » Mon sourire s’effaça.
    « Qu’est-ce que tu veux Darell ? »
    « On en reparlera, tu es pressée. Salue mon frère pour moi. »

    Il s’éloigna. Je préférai définitivement la mère au frère. La mine triste, je repartis à la maison. Je me garai à la même place qu’Adam avait rangée sa voiture le matin même. J’essayai de ne pas me laisser submerger par mes émotions, mais c’était difficile. J’avais eu trop de pression aujourd’hui. J’entrai dans ma demeure, essuyant les larmes qui coulaient doucement. J’enlevai mes chaussures sans les mains, et Sammy accourut vers moi alors que je refermais la porte. « Mamaaaaaaaaaaaaan. » cria-t-il. Je le pris dans mes bras. Et m’approchai du salon dont il sortait. Adam en sortait également. Sur le pas de la porte du salon, je l’embrassai. Mais j’évitais son regard. Mes larmes n’avaient pas fini de couler apparemment. Je laissai Sammy redescendre. Il voulait aller regarder son film. Je repartis vers la bibliothèque et posai mon sac sur mon bureau. Je tentai une nouvelle fois d’essuyer mes larmes alors que je reniflai. Adam était là, je le sentais. Je ne me cachais plus, et j’allais dans ses bras, sans rien dire.


_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Adam Bluth
BLUTH BOY • LONDON STYLE
avatar

Masculin
Age : 29
Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 01/02/2006
I-Pod Top Song : NERD - Stay Together
Mood : Bloody Good !
Copyright : Silk <3
Where can I find You? : Dans ma nouvelle maison...

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Dim 14 Juin - 14:15

J’entends ma voiture ronronner. Je reconnaitrais ce son entre mille. Je sus qu’Eve était de retour bien avant qu’elle ne franchisse la porte d’entrée à nouveau. Sammy aussi, puisqu’il ignora le gros bonhomme vert au moment où il entendit sa mère entrer. Je fais pause. Le petit se rue vers elle en criant son statut, comme d’habitude. Je me lève, lentement, puis marche au ralenti jusqu’à l’encadrement de la porte du salon. Le petit la câlinait tandis qu’elle m’embrassa avec sa tête qui dépassait des épaules du blondinet. La bouche serrée, elle avait du mascara qui coulait. Je panique un peu à l’intérieur. Que se passe t-il ? Un élève l’avait insulté ? Elle avait fait une bourde ? Ou était-ce par rapport à McDo ? A Darell ? A moi ? Toutes les possibilités fusent dans mon esprit, pour changer. Sam repris le chemin du salon. Je voulus le suivre pour lui remettre son film mais j’entendis déjà le film continuer. Il savait pas encore lire mais était déjà un petit malin. Ou un habitué. Mon attention se reporte alors sur ma bien aimée, qui avait l’air bien triste. Mais ne voulait pas me le faire voir. Je la suis jusqu’à la bibliothèque. Nous étions là, face à son bureau, et elle laisse enfin échapper sa tristesse, sans dire un mot, et se blottis contre moi. Je perpétue le silence. Je pose ma main sur le dos de son crâne. La laisse pleurer sur ma chemise. Je lui caresse les cheveux. Elle me dira ce qu’il se passe quand elle le voudra. Mais j’avais envie de savoir, maintenant. Peur que ça soit grave. Après quelques secondes donc, je relève sa tête d’un mouvement d’épaule, et me sépare un peu d’elle. Je lui remonte le visage avec mon index plié. Je l’avais rarement vu aussi chamboulée. Je dirais même plus, je ne l’ai jamais vu aussi triste. Il fallait savoir le fin mot de cette histoire. Je tue le suspense.

« Qu’est ce qui se passe… »


Pas de réponse. Je la vois hésiter à me répondre. Sa tristesse avait laissé place à un amas de peur, qui se lisait dans ses yeux. Je décryptais chacune de ses émotions quand je parvenais à attraper son regard. C’était une nouvelle fois le cas. Nous nous regardons comme ça, pendant une bonne dizaine de secondes, puis elle fuit mes iris, à nouveau. Ses lèvres tremblaient légèrement. J’attrape sa tête, avec douceur, puis dépose un premier baiser sur sa joue mouillée. Je bifurque sur ses lèvres molles pour finir sur son front chaud. Je prends sa main, puis la tire un peu, pour qu’elle me suive. Nous traversons le couloir. Devant le salon, je jette un coup d’œil rapide vers le petit. J’espère que ce n’est pas par rapport à lui. J’essaie de positiver. Mon visage a peur lui aussi, mais j’arrivais encore à contrôler mes émotions. Avant d’entrer dans la cuisine, je tourne la tête pour voir celle d’Eve. Elle regardait son fils, avec nostalgie. Et merde. Nous rentrons dans la grande pièce qu’était la cuisine. Je l’invite à s’asseoir. Autour de la table. Je vais pour lui préparer un thé. Toujours pas le moindre son venant de sa bouche. Je m’inquiète vraiment. Je ne l’avais jamais vu comme ça donc, mais j’apprenais que je détestais ça. La voir pleurer me tordait le ventre. L’eau chauffe rapidement, j’apporte sur la table tout ce qu’il fallait. Le sachet trempe dans l’eau chaude. Je regarde un instant la couleur du thé changer. Je me mords la lèvre intérieure. Puis relève mon regard dans le sien. En tout cas essaye. Elle avait la tête dans sa tasse. Ca me rappelait quelqu’un ça aussi.

« Dis-moi… » Lui dis-je avec légèreté.

Je serre la mâchoire, me préparant au pire…

_________________

    That may be all I need
    In darkness she is all I see
    Come and rest your bones with me
    Driving slow on sunday morning
    And I never want to leave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athens.forumactif.com
Eve Mason
FIRE WALK WITH ME• It wasn't lust, it was chemistry ♥
avatar

Féminin
Age : 30
Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 26/08/2007
I-Pod Top Song : Rachel Stevens - Silk ♥
Mood : Busy & melancholic
Copyright : Silk Stocking
Where can I find You? : On a mission but shhhh that's a secret ; )

Warrior Profile
Relationship:
Points Warriors:
200/200  (200/200)
Fannatitude des Warriors:
3/5  (3/5)

MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   Dim 14 Juin - 15:51

    Je relâchai toute la pression. Je ne pleurais pas à chaude larmes non plus. Je ne hoquetais pas entre deux pleurs. J’étais une fille forte. Les larmes se contentaient de couler tout doucement. Mes yeux étaient embués. J’avais du mal à discerner quoi que ce soit. Je me serrai un peu plus contre Adam. Cela me faisait du bien. Il m’entraîna vers la cuisine. Je tirai un des bancs sous la table et je m’assis dessus. Il m’avait demandé ce qui se passait mais je n’avais toujours pas répondu. J’avais besoin de me remettre un peu les idées en place. Tout était chamboulé et j’avais du mal à penser correctement. Je relevai la tête légèrement, alors qu’il préparait du thé, enfin je supposais, puisqu’il avait rempli la bouilloire qu’il avait mis sur le feu. Il avait débarrassé la table. J’eu un petit sourire, et tournai la tête vers Sam. Je ne le voyais pas d’ici. Il me tend une tasse. Je fais tremper un sachet de thé dedans, et le regarde, sans le voir, s’infuser dans l’eau. Il tenta une nouvelle fois de savoir ce qui se passait. Je crois que ça allait plutôt mieux dans ma tête maintenant. Je relevai alors mes yeux vers Adam. Je m’y perdis encore pendant quelques secondes.

    « Je… » J’eu un léger rire. « C’est ridicule. »

    Je m’arrêtais là pour l’instant. Je relevai le sachet de thé que j’enroulais autour de ma cuillère. Je reposai ma cuillère et le sachet à côté. Je pris la bouteille de lait et remplis le reste de la tasse. Je m’emparai à nouveau de ma cuillère et mélangeai le liquide. J’en bus une gorgée.

    « Merci, pour le thé. » J’essayai de sourire à nouveau. « Désolée pour ça. Je… Je ne suis pas du genre à pleurnicher comme ça. Je n’ai pas passé la meilleure des nuits. Je ne veux pas trop entrer dans les détails. »

    J’avais réussi à ne pas y penser jusque là. Mais voilà que la vision de ces corps d’enfants calcinés me revenait à l’esprit. J’avais presque eu envie de vomir. Mais je n’allais pas entrer dans les détails. Je n’avais pas vraiment le droit de dire que je travaillais pour le gouvernement. Et les missions étaient confidentielles, pas un mot dessus. Donc je ne m’étalai pas sur le sujet.

    « Et puis, cette histoire d’hôpital… » Je rougis légèrement. Je ne voulais pas remuer le couteau dans la plaie. Je savais qu’Adam avait eu du mal à accepter le fait qu’il avait un fils. Je voyais maintenant qu’il était plus détendu. Mais tout de même. « J’ai eu peur de te perdre. Et tu m'as manqué. »

    Je bus à nouveau un peu de mon thé. J’avais oublié d’y mettre du sucre et je n’avais même pas fait attention. Je pris deux morceaux de la boîte qu’Adam avait posée quelques minutes plus tôt sur la table. Je les plongeai dans ma tasse. Je remuai à nouveau et retirai la cuillère. D’un trait, je finis ma tasse. Je me relevai et allai la posai dans l’évier. Je me retournai mais ne repartis pas vers la table. Je restai là, appuyée sur le plan de travail. Je regardai Adam, examinant sans gêne la moindre parcelle de son visage. Puis je fermai les yeux. J’avais rarement peur dans ma vie. J’avais parfois peur pour Sam. J’ai eu peur qu’Adam s’éloigne de nous. Mais là, Darell qui me menaçaient presque me filait la chaire de poule. J’avais repoussé ses avances, plusieurs fois. Qui sait ce qu’il était capable de faire ?

    « Je crois que ton frère veut me faire chanter. »

    Je m’avançai vers la porte qui donnait sur le jardin. Je fixai un instant la balançoire, les arbres majestueux, la petite maison en plastique qui trônait en plein milieu du jardin. J’étais perdue dans ma contemplation. Je sursautai légèrement quand je sentis Adam derrière moi. Je me retournai vers lui.

    « Il a découvert, soi-disant par McDo, que je suis une agent du gouvernement. Je ne crois pas que Royal Cheese soit impliqué là-dedans. Il a reçu des ordres très clairs. Darell ne m’a rien dit de précis. Mais ça a de quoi me faire flipper tout le week-end. »

    Je secouai la tête, fermant les yeux. Il devait certainement se dire « tout ça pour ça. » J’avais eu mon lot de stress pour la journée. Passer le reste de l’après-midi avec Adam allait me revigorer. Je rouvris les yeux vers Adam.

    « Tu dois te demander en quoi c’est différent du fait que tu le saches aussi. » Je pinçai les lèvres. « Ton frère me fait peur. Tu es tellement différent de lui. Et je te fais confiance. J’ai des sentiments pour toi. Il y a tellement de choses entre toi et moi alors qu’entre Darell et moi il n’y a rien que deux ou trois dîners. Dis-moi qu’il ne va rien tenter de stupide. »

    J’avais parlé tellement vite et presque sans réfléchir que je mis quelques secondes avant de réaliser ce que je venais d’avouer. D’un côté j’espérais qu’il n’y ferait pas attention. Pas parce que c’était faux, au contraire, c’était même loin d’être assez éloquent pour décrire ce que je ressentais. Mais j’avais besoin qu’il me rassure d’abord. Mes yeux regardaient un peu partout, j’étais un poil paniquée à l’intérieur. Le rire de Sammy au loin me fit sourire. La présence d’Adam et de Sam, rien que leur présence, me rassurait déjà.


_________________

    J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau. J'aurais voulu le prince au destrier d'argent. J'aurais voulu être la belle au bois dormant. J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois. J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça, un enfant de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Time for some explanations - Adam & Eve.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Time for some explanations - Adam & Eve.
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Shawn Adam Maxime Séregon [Vagabond]
» I'm PERFECT. [Adam Carter]
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We used to be friends :: San Marino :: Les Districts de San Marino-
Sauter vers: